webleads-tracker

Newsletter

* champ requis

Interviews

Interview Emily Mirova - Dooweet


"Est-ce que payer 100 à 150 euros par mois pour cinq copier / coller sur internet vaut vraiment le coup ?"

Il existe aujourd'hui des dizaines de structures de promotion artistique destinées aux groupes de musique. Il n'est pourtant pas toujours évident pour un musicien de comprendre l'activité de telles agences et le coût que représente l'accès à leurs services est souvent un facteur décisif pour s'en passer. J'interviewe aujourd'hui Emily Mirova, jeune parisienne dotée d'une solide expérience en communication, qui nous présente sa structure de promotion totalement gratuite pour les artistes, Dooweet, et qui nous donne quelques conseils pour mieux travailler la communication de son groupe.

 

Interview Dooweet

 

 

Bonjour Emily, peux tu te présenter rapidement pour nos lecteurs ?


Bonjour ! Je m'appelle Emily Mirova, j'ai bientôt 22 ans mais je suis en Master I de communication (MASCI) à Paris après avoir terminé mon cursus à Sciences Po. J'ai eu la chance d'avoir mon baccalauréat (oh, sésame) très jeune. Je suis férue de publicité et de mode, et je développe actuellement l'image et la communication de la structure de promotion artistique gratuite Dooweet.org.

 

 

Tu travailles actuellement sur le projet Dooweet, tu peux m'en dire plus sur la création de cette plate-forme ?
 

J'ai rejoint le projet Dooweet avant même son lancement, début 2010. On a travaillé deux ans en amont au développement des idées et de la plate-forme avant de la lancer. Actuellement Dooweet c'est près de 1800 visiteurs uniques par jour sur son site (aucune agence de communication en France ne fait ça de nos jours), une soixantaine de groupes (soit environ 300 musiciens) qui voient leur promotion assurée par des professionnels du marketing, du management artistique et de la communication et ceci sans débourser un euro ! On a l'honneur d'aider des groupes comme KELLS, ZUUL FX, BLAZING WAR MACHINE qui sont de grands noms de la scène métal française. Dooweet a réussit en quelques mois à décrocher une soixantaine de dates de concert, à organiser une dizaine de soirées promotionnelles et surtout à trouver des partenaires fiables et solides, et on a désormais la chance d'avoir deux salariés.

 

 

Pourquoi se cantonner uniquement au métal ?
 

C'est toujours le même problème : Le réseau. Christophe, le fondateur de Dooweet, celui qui a eu cette idée "folle" a toujours été un passionné de Rock / Métal. Monter un réseau solide et fiable est quelque chose d'extrêmement long et compliqué. Il ne faut pas se tromper sur les gens avec qui on travaille et il a tout d'abord souhaité aider les artistes en qui il croit, qu'il apprécie et qu'il connaît.

 

 

Vous définissez votre activité comme de la "promotion artistique gratuite", quelle est la différence avec un webzine ?
 

On a rien à voir avec un webzine à vrai dire ! Les webzines relaient les actualités de groupes via leur site internet. En ce qui nous concerne, les groupes nous envoient leur actualité et nous la diffusons sur internet, mais nous démarchons également des labels pour nos artistes, des boites de production. C'est de la promotion au sens propre, où l'objectif n'est pas de faire de simples copier / coller sur les réseaux sociaux, mais de se mettre en recul pour mettre en avant le talent des groupes dont nous nous occupons. On organise des soirées promotionnelles lors de sorties d'albums / de clips, on est en contact très étroit avec certaines chaînes de télévision pour la diffusion de clips, de nombreuses radios nous font confiance... On essaie vraiment de faire rayonner le talent de nos artistes auprès des professionnels du milieu.

 

 

Sur le terrain, comment accompagnez-vous les groupes de votre écurie ?
 

Concrètement, on discute avec eux de leur objectif premier, selon là où en est le groupe. Promouvoir leur premier album ? Appuyer la promotion sur le second ? Décrocher des dates de concert ? Faire diffuser un clip sur des chaînes de télévision ? On essaie de comprendre les attentes de chacun afin de cibler au mieux notre travail. Il faut savoir qu'on ne fait pas "d'express" ou d'à-peu-près. Si on ne nous prévient pas quelques semaines avant d'une tournée ou d'une sortie de clip, on ne peut pas travailler correctement et donc, on ne le fait pas.

 

 

Mais si c'est totalement gratuit, quel est l'intérêt de Dooweet au final ?
 

Dooweet est gratuit pour les artistes (et c'est bien ce qui fait notre réputation désormais), car nous ne prenons pas un euro aux artistes, mais la structure est financée par plusieurs entreprises extérieures. Actuellement, FNAC.COM et CONQUISTADOR WEAR nous sponsorisent et nous permettent vraiment de développer notre activité. Il ne faut plus confondre gratuité et amateurisme, dans le sens où on s'est malheureusement rendus compte que pas mal de boites de promotion qui coûtent un (ou deux) bras aux artistes ne sont que du vent. Notre idée n'est pas de gagner de l'argent sur le dos des groupes afin de vivre confortablement, mais que les entreprises nous fassent confiance si elles jugent que notre image et notre projet valent le coup d'être développés, et si notre travail est de qualité et surtout de gagner notre pain par nous-même. Il faut savoir qu'on est extrêmement pointilleux sur les recrutements au sein de Dooweet, et que les postes "clés" ne sont pas aux mains de passionnés mais de chevronnés.

 

 

Parlons un peu de ton expérience, tu as travaillé au développement de l'image de marque de Cdiscount, tu penses que les groupes doivent prendre exemple sur les entreprises en terme d'identité visuelle et de marketing ?
 

J'ai travaillé près d'un an pour Cdiscount.com, mon rôle était de rendre leur site internet plus dynamique et surtout plus pointu en terme de communication. C'est une excellente école, dans le sens où l'e-commerce est le secteur ou la promotion est la plus acharnée, et le côté "Discount" les force à être les meilleurs dans ce qu'ils font.
Les groupes doivent s'inspirer, selon moi, de ce qui fait vendre ou ne fait pas vendre. C'est assez délicat, car il faut savoir que ce qui charme le plus le public sont les petits chatons et les bébés... Bon courage avec ça, amis musiciens !
L'exemple à prendre et l'idée à retenir est qu'une campagne de pub ça se travaille. Alors certes, quand on est dans un petit groupe il faut se débrouiller comme on peut, mais on a toujours un ou deux potes qui font un peu de dessin ou qui ont eu des expériences par-ci, par-là. Tout faire soi même, c'est lourd, contraignant et on a surtout moins de temps pour notre passion première : la musique.

 

 

Pourrais-tu nous donner des exemples à suivre, ou à ne pas suivre en parlant de marketing musical ?
 

Tout d'abord messieurs, réfléchissez à deux fois avant de signer avec une boite de promotion web. Est-ce que payer 100 à 150 euros par mois pour cinq copier / coller sur internet vaut vraiment le coup ? Alors certes, avoir un joli logo d'une agence réputée peut apporter un peu de crédibilité, mais ne vaudrait-il mieux pas finalement prendre cinq minutes sur une journée et le faire au sein du groupe ?
Il y a deux stratégies majeures en terme de promotion artistique : "Parlez de nous" et "Parlez de nous en bien". Pour moi sincèrement, le groupe français "THE CNK" développe une image certes subversive, mais fait aujourd'hui les plus belles campagnes et les plus originales que l'on ait connu depuis quelques années. J'aime particulièrement leur communication, mais je pourrais aussi citer UNDERCOVER SLUT.
Après, je ne permettrais pas de citer un exemple à ne pas suivre, mais par exemple il y a quelques erreurs à éviter : Ne pas sortir un album un week-end, ne communiquer que sur sa page facebook si on a 200 fans... Ceci parait basique, mais c'est trop souvent le cas.

 

 

Quelles seraient selon toi les premières choses à faire avant de se lancer à corps perdu dans la promotion de son groupe ?
 

Réfléchir, longtemps. Ne pas poster n'importe quoi, ne pas mélanger humour et promotion. Cibler les bonnes structures adaptées à son genre musical. Ne pas contacter tout le monde et n'importe qui. En gros, en France, il est sincèrement inutile de vouloir à tout prix lister les 1500 webzines et tous les contacter. Cibler les dix ou quinze plus gros suffit amplement, car les plus petits capturent généralement leur actualité. Il faut réfléchir au temps que l'on consacre et ne pas s'épuiser inutilement et sans résultat, il n'y a rien de plus frustrant.

 

 

Revenons à Dooweet, quels sont les projets pour les mois à venir ?
 

Le plus beau projet qui arrive est la sortie de notre compilation "THIS IS THE FUTURE" qui regroupe 14 de nos artistes et trois groupes extérieurs. Elle sort le 10 décembre, sera au prix de 6 euros sur notre site internet, et diffusée gratuitement auprès des médias sur simple demande ! Nous avons décidé de réserver chaque fois des places à des groupes ne faisant pas parti de la structure, afin d'essayer d'aider un peu plus la jeune scène française.

Mis à part ça, nous travaillons actuellement sur l'ouverture de notre label collaboratif en 2014, qui s'inspirera de la philosophie de notre premier projet, et nous réfléchissons également à un Dooweet Tour, une sorte de mini-tournée avec nos cinq groupes les plus prometteurs.

 

 

Et pour finir, c'est quoi ta dernière découverte musicale ?
 

THE MILTON INCIDENT ! Un groupe parisien ! On terminait notre campagne publicitaire pour notre compilation vers deux heures du mat' quand on a reçu leur mail nous proposant d'écouter leur musique. On s'est demandé s'il s'agissait vraiment d'un groupe qui se lançait, s'ils étaient français. Je vous invite sincèrement à aller découvrir leurs pré-productions !

 

 

Pour en savoir plus :

Dooweet.org

Dooweet sur Facebook

 

 



* champ requis


Comment se faire endorser ? 5 Manières de vendre un peu plus qu'un simple t-shirt >

Partager
Sur le blog Confliktarts.com : Interview Emily Mirova - Dooweet
Bonjour, J'ai trouvé cet article sur le site de Conflikt arts et je pense qu'il peut t'intéresser : http://www.confliktarts.com/fr/blog/177/interview-emily-mirova-dooweet A bientot
Votre demande de partage sur Conflikt Arts
Bonjour,<br /><br />Votre demande de partage a bien été prise en compte.<br />L'article : http://www.confliktarts.com/fr/blog/177/interview-emily-mirova-dooweet a été envoyé.
Votre demande de partage a bien été prise en compte.

Dans la même catégorie :

Nos conseils

5 manières de trouver un nom de groupe qui a la classe

Vous êtes au collège et montez votre premier groupe, vous lancez enfin votre projet perso après 5 ans de travail acharné, ...

170613 vues
Nos conseils

10 phrases à ne plus dire sur scène

Comme tous les spectacles, les concerts comportent leur lot de rituels ridicules ou non inhérents à chaque groupe. Mais s'il y a ...

86233 vues
Nos conseils

10 manières de virer son batteur en lui faisant croire que c'est lui qui part.

Le batteur est un animal étrange bien souvent considéré comme un mal nécessaire à la composition d'un groupe. ...

66163 vues
Nos conseils

10 manières de virer son bassiste en lui faisant croire que c'est lui qui part.

Le bassiste. Nul ne sait à quoi il sert, et pourtant, il est là, traînant ses guêtres autour de vous, errant comme un fantôme ...

53080 vues
Nos conseils

10 manières de virer son guitariste en lui faisant croire que c'est lui qui part.

Il est là, saturant l'espace de tout son ego sur-dimensionné, vandalisant chacun de vos morceaux de ses solos intempestifs. Vous ...

46151 vues

PUBLICITE

Suivez l'actualité du blog !

* champ requis

Saisissez le code figurant sur la carte de téléchargement que vous avez reçue pour obtenir vos fichiers gratuits. Bonne réception !


Catégories



Archives




Besoin d'aide pour configurer votre produit?
Contactez nous :

Par téléphone au : 02 99 92 89 05
Du Lundi au Vendredi de 9h à 18h.

Par email : Cliquez ici
Sur le site : Aide et FAQ

Les News du moment !

Imprime ton t-shirt à l'unité! Accéder au produit
Pressage Vinyle 12" 33T Accéder au produit
Pressage Vinyle 12" 33T

Découvrez un large choix d'options pour votre Pressage Vinyle !

Lire la suite...
Pressage CD Pochette Carton Accéder au produit
Pressage CD Pochette Carton

Découvrez un large choix d'options pour votre Pressage CD !

Lire la suite...

Partager cet article

X
Interview Emily Mirova - Dooweet
"Est-ce que payer 100 à 150 euros par mois pour cinq copier / coller sur internet vaut vraiment le coup ?"