webleads-tracker

Newsletter

* champ requis

Interviews

Interview Uncommonmenfrommars


« Le gratuit ne marche que si c’est vraiment du gratuit »

Cela fait 15 ans qu'Uncommonmenfrommars écume les salles de concerts aux quatre coins du globe. Fer de lance du punk-rock anglophone à la française, le groupe nous a accordé une interview pour revenir sur leur parcours, leur choix d'indépendance, et leur idée d'offrir leur nouvel album à chacun de leur concert.

 

Interview Uncommonmenfrommars

 

 

-Bonjour à vous, pouvez vous vous présenter pour les lecteurs du blog de ConfliktArts ?

 

Nous sommes un groupe de punk rock qui existe depuis 15 ans, originaire de Serrières dans l’Ardèche, comme tous les groupes on a fait des concerts et des albums, voilà c’est à peu près tout ce qu’il y a à dire, rien de bien extraordinaire ! Ha si, une fois Merlin de Kamelott est venu nous voir a un concert.

 


-Uncommonmenfrommars est une référence incontournable en terme de Punk-Rock anglophone made in france, mais pouvez vous faire un petit résumé de votre parcours à ceux qui ne vous connaîtraient pas encore ?

 

Donc on commencé à tourner en 1998, à peu près, on a sorti 7 albums et quelques EP, Split, Live etc … le nombre de disques vendus ? c’est dur à dire, surtout que personne ne tient ce genre de comptabilité chez nous. Mais je sais que le premier album s’était vendu à 15000 exemplaires et c’était notre meilleure vente, et le dernier (en 2010) à 4500 . On a joué un peu partout, et on approche le 1000e concert.

 


-Vous venez de sortir votre nouvel album "Easy Cure" et, c'est la raison de cette interview, vous avez décidé de le donner gratuitement lors des concerts de votre tournée. D'où vient cette idée ? Et comment prend-elle forme ?

 

Cette idée vient d’une réflexion sur le rôle de la distribution actuellement, au début de notre histoire, on vendait la quasi-totalité de nos disques en magasin, les distributeurs faisaient bien leur boulot, mais avec ce qu’il convient d’appeler « la crise du disque » les ventes par le réseau traditionnel (distrib / revendeurs) ont diminuées jusqu‘à devenir quasi inexistante. Pour le dernier disque, seulement 700 exemplaires sont passés par la distribution en magasin. On n’arrive plus à mettre les disques en bac, les gens ne les trouvent plus, les magasins en prennent moins, etc … c’est un cercle vicieux qui fait que plus personne ne se déplace dans un magasin pour acheter un disque.

Du coup on s’est dit « pourquoi ne pas faire une tournée dans tous les bleds de France et amener directement le disque aux gens ? »

Donc on a imaginé une sorte de « release party tour » : 13 dates où on donnerait le CD avec l’entrée.

On donne une version promo, en pochette cartonnée , c’est pour une question de logistique, partir avec 3000 CD cristal dans le camion était tout simplement pas faisable (trop volumineux).

 


-Quelle est l'idée derrière ce simple don ? Simplement faire plaisir aux fans ou convaincre le public de se déplacer en concert?

 

Faire plaisir aux fans , bien sûr ! Et puis on s’est rendu compte avec le temps que les gens, même si ils viennent toujours aux concerts, ne se procurent pas forcement tous les albums du groupe. C’est aussi une manière de diffuser largement notre musique, ce qui est quand même le but de toute cette histoire.

 


-Vous aviez déjà tenté l'expérience du gratuit en insérant votre disque "Longer Than An EP, Shorter Than An Album" en cadeau dans le magazine Punk Rawk à l'époque, pouvez vous nous donner votre sentiment et votre retour d'expérience sur cette opération près de 4 ans plus tard ?

 

Le résultat était vraiment positif, on a diffusé plus de 10 000 exemplaires de cet album par le biais de Punk Rawk, ensuite on avait un partenariat avec Myspace à l’époque qui marchait très bien et on avait offert près de 5000 téléchargement en 1 semaine.

Après tout ça, on a sorti le disque de manière classique et on en avait encore vendu beaucoup (autant que le précédent).

 


-A vos yeux, le gratuit peut il être un modèle viable pour un groupe ?

 

Je ne pense pas qu’il faille le voir comme ça. Si tu donnes quelque chose en espérant récupérer ailleurs en terme de finance, t’as tout faux ! Le gratuit ne marche que si c’est vraiment du gratuit.

Sinon, il s’agit d’une logique marketing exécrable. « Je te donne un échantillon gratuit pour que tu consommes plus derrière » On n'a rien à faire avec ce genre de chose.

La question qu’il faut se poser c’est « comment je diffuse ma musique, comment je peux la partager avec les gens susceptibles de l’aimer ». Le reste ce ne sont que des considérations commerciales et c’est le problème des commerciaux, pas le notre, nous sommes juste des musiciens, pas des épiciers.

 


-Revenons en à Unco. Après être passé chez Wagram en début de carrière, le groupe est revenu à une démarche beaucoup plus indépendante. Quel regard portez vous sur ce retour à l'indépendance ? Vous vous sentez plus libre, ou alors vous regrettez la force de frappe d'un gros label ?

 

Le retour a l’indépendance, c’est d’un coté une grande liberté et d’un autre beaucoup plus de travail, d’incertitude et de questionnement. Si on devait le refaire, je crois qu’on referait tout pareil. On a effectivement profité d’un label avec de gros moyens pour nos débuts dans la musique, à 22 ans quand tu pars enregistrer avec le plus gros producteur de punk rock du monde, c’est tout simplement magique. On est très conscient de la chance qu’on a eu de vivre ça.

Mais on a aucun regret, bien au contraire, d’avoir repris notre histoire en main. On évolue dans une scène d’associations, de groupes, de labels et de distros indépendantes, animée par des gens passionnés comme nous.

Si c’est indéniable que c’est plus dur au quotidien, ce qu’on y gagne en liberté est incomparable.

 


-Depuis 4 ans, vous tenez le rythme d'un album par an, vous pensez qu'il est nécessaire de maintenir une telle créativité pour continuer de faire vivre un groupe ?

 

Peut être bien oui, on a jamais envisagé les choses sous cet angle, on fait des disques quand on en a envie et dès qu’on a 12 morceaux potables.

C’est l’avantage de ne plus avoir un label qui te dit quand faire les choses et surtout quand ne pas les faire.

Tout se fait plus spontanément, sans calcul.

 


-Quels seraient les conseils que vous donneriez à un jeune groupe de rock français, rêvant d'une carrière à l'image de celle des Uncos ?

 

Là c’est la question piège, vu qu’on a pas eu de plan de carrière, on serait incapable de dire comment faire dans le monde d’aujourd’hui, qui est bien plus dur.

Je crois qu’il faut avant tout de la sincérité et du recul par rapport à ce qu’on fait. Beaucoup jouer, dans toutes les conditions. Et prendre un vrai plaisir à ce qu’on fait, c’est un peu bateau comme phrase mais rien de plus vrai, si tu n’es pas épanoui avec ta musique, c’est le signe qu’il faut passer à autre chose.

 


-Avec le recul, y a t-il des erreurs que vous regrettez d'avoir commises dans la gestion de votre projet ?

 

Pas vraiment, c’est sûr qu’il y a des choses qu’on essaierait de faire mieux, ou dans des temps plus appropriés. Mais dans l’ensemble on est plutôt satisfaits de la manière dont s’est déroulée cette histoire. On est très chanceux d’avoir vécu tout ça.

 


-Vous nous rappelez les dates de votre tournée ?

 

On sort juste d’une tournée d’un mois qui a débuté le jour de la sortie de l’album, le 6 novembre. On retournera en France en Mars 2013, je n’ai pas encore les dates exactes, mais on pourra les trouver sur notre Facebook .

On part aussi à l’étranger : en avril 3 semaines aux Etats-Unis ; en mai 10 jours au Canada (Quebec/Ontario) et 3 semaines en Chine en Juin.

 


-Et pour finir, c'est quoi votre dernière découverte musicale ?

 

Fights and Fires qui sortent un nouvel album en février 2013 et qui vont venir jouer en France !

 

 



* champ requis


Petit lexique secret à l'usage des musiciens (1/3) Infographie : Le comportement des groupes par styles (2/3) >

Partager
Sur le blog Confliktarts.com : Interview Uncommonmenfrommars
Bonjour, J'ai trouvé cet article sur le site de Conflikt arts et je pense qu'il peut t'intéresser : http://www.confliktarts.com/fr/blog/218/interview-uncommonmenfrommars A bientot
Votre demande de partage sur Conflikt Arts
Bonjour,<br /><br />Votre demande de partage a bien été prise en compte.<br />L'article : http://www.confliktarts.com/fr/blog/218/interview-uncommonmenfrommars a été envoyé.
Votre demande de partage a bien été prise en compte.

Dans la même catégorie :

Nos conseils

5 manières de trouver un nom de groupe qui a la classe

Vous êtes au collège et montez votre premier groupe, vous lancez enfin votre projet perso après 5 ans de travail acharné, ...

165020 vues
Nos conseils

10 phrases à ne plus dire sur scène

Comme tous les spectacles, les concerts comportent leur lot de rituels ridicules ou non inhérents à chaque groupe. Mais s'il y a ...

86013 vues
Nos conseils

10 manières de virer son batteur en lui faisant croire que c'est lui qui part.

Le batteur est un animal étrange bien souvent considéré comme un mal nécessaire à la composition d'un groupe. ...

66047 vues
Nos conseils

10 manières de virer son bassiste en lui faisant croire que c'est lui qui part.

Le bassiste. Nul ne sait à quoi il sert, et pourtant, il est là, traînant ses guêtres autour de vous, errant comme un fantôme ...

52975 vues
Nos conseils

10 manières de virer son guitariste en lui faisant croire que c'est lui qui part.

Il est là, saturant l'espace de tout son ego sur-dimensionné, vandalisant chacun de vos morceaux de ses solos intempestifs. Vous ...

46076 vues

PUBLICITE

Suivez l'actualité du blog !

* champ requis

Saisissez le code figurant sur la carte de téléchargement que vous avez reçue pour obtenir vos fichiers gratuits. Bonne réception !


Catégories



Archives




Besoin d'aide pour configurer votre produit?
Contactez nous :

Par téléphone au : 02 99 92 89 05
Du Lundi au Vendredi de 9h à 18h.

Par email : Cliquez ici
Sur le site : Aide et FAQ

Les News du moment !

Imprime ton t-shirt à l'unité! Accéder au produit
Combo CD+vinyle, retrouvez les 2 supports dans un seul boîtier! Accéder au produit
Combo CD+vinyle, retrouvez les 2 supports dans un seul boîtier!

Un CD + un vinyle, vous en rêviez! Nous vous le proposons à partir de 250 exemplaires.

Lire la suite...
Pressage CD tous types de boîtiers ! Accéder au produit
Pressage CD tous types de boîtiers !

Découvrez un large choix de boîtiers et finitions pour votre Pressage CD !

Lire la suite...

Partager cet article

X
Interview Uncommonmenfrommars
« Le gratuit ne marche que si c’est vraiment du gratuit »