webleads-tracker

Newsletter

* champ requis

Interviews

Interview Adrien Durand - Kongfuzi Booking


"Les promoteurs savent que quand on propose un artiste dĂ©couverte, on s’est renseignĂ©"

Aujourd'hui, nous mettons la lumière sur un métier bien souvent méconnu des musiciens auto-produits, celui de tourneur. Nous avons donc décidé d'interviewer Adrien Durand qui travaille depuis 3 ans pour Kongfuzi, une agence de booking à l'éthique bien trempée. Il nous parle de son activité, de sa philosophie, et nous donne quelques conseils utiles pour trouver un tourneur lorsque l'on est un jeune artiste.

Interview Adrien Durand Kongfuzi

 

crédit Adrien Kanter

 

 

-Salut Adrien, tu peux te présenter en quelques lignes?

 

Salut. Je viens de fêter mes 30 ans, je viens d’Angers, ville qui fut rock il y a un temps. Je suis monté à Paris pour faire l’école du Louvre, j’ai ensuite fait un Master d’histoire de l’art à la Sorbonne et j’ai bossé dans quelques galeries d’art. Comme ce milieu ne me plaisait pas, j’ai monté une association pour organiser des concerts dans les caves parisiennes. J’ai enchaîné les petits boulots (de vendeur de vidéo club à téléprospecteur en passant par distribuer des tracts). Ensuite j’ai commencé à bosser en freelance pour aider des prods à faire la promo de leurs concerts indie, noise, electronica. C’est comme ça que j’ai commencé à bosser avec Kongfuzi. Avec qui j’ai « signé » pour de vrai il y a 3 ans.

 

En parallèle, je suis le chargé de com’ de Villette Sonique et j’ai monté une agence de communication qui s’appelle In Bloom avec ma fiancée et une amie et qui œuvre plus dans les fringues, le design et s’ouvre à la gastronomie.

 

Niveau passion c’est classique : la musique bien sûr, les films déprimants, les livres de 800 pages, les sketchs de Louie CK, jouer au basket, boire des whiskey.

 

 

-Tu travailles donc pour Kongfuzi, peux tu nous présenter la structure ?

 

La structure découle d’une première agence montée par Christophe avec qui je bosse qui s’appelait Daktari. Il a monté Kongfuzi en 2006 avec Loïc qui est notre administrateur. Ils sont basés à Brest. Moi j’ai un bureau à Paris que je partage avec The Drone. Et on travaille avec Synckop pour les graphismes. Je préfère te parler de philosophie que de chiffres…Car c’est pour ça que je travaille avec Kongfuzi. Après avoir collaboré avec pas mal de prods avec qui l’expérience a été plus ou moins fructueuse, je me suis fixé avec Kongfuzi car c’est une structure qui a une éthique très forte, presque politique dans laquelle je me reconnais parfaitement. Nos choix musicaux et professionnels sont guidés par la passion et la découverte, pas par la hype et la soif capitaliste. On fait très attention aux esthétiques qu’on défend. Et on travaille autant des artistes découvertes que confirmés, des groupes pop que du metal HxC, du drone ou de l’electro, et tout ça avec la même attention. Et même si beaucoup de gens pensent qu’on est une grosse boîte, on fonctionne comme une structure DIY, nous contre le reste du monde :). J'en profite pour citer quelques structures dont je me sens personnellement proche (là je ne parle qu'en mon nom propre): Sonic Protest et les Instants Chavirés, Clapping Music et Desire, Zoobook, Iceberg et Animal Factory, Nabie et Baleapop, Atelier Ciseaux, Shelter Press, New Noise, Arrache toi un Oeil, L'Espace B etc...

 

 

-Qu'est ce qui t'as donné envie de devenir tourneur ?

 

J’aime le moment du concert, la relation avec les artistes, le rapport avec le public. Bref le côté artistique mélangé au côté social. Après j’occupe un peu tous les postes chez Kongfuzi : le booking de certains groupes, la com’, la régie, la prod. C’est parfois fatigant mais il n’y a pas de routine. Ce qui m’intéresse c’est de travailler pour des artistes que j’aime et que je respecte, travailler pour Rock en Seine ou booker Lou Doillon ça ne m’intéressera jamais même pour 10 000 euros par mois. Ce n’est pas un milieu que j’apprécie, le côté égotique et souvent puéril du milieu de la musique ne me plaît pas. Je pense que si Kongfuzi s’arrêtait, je changerais de branche pour être honnête.

 

 

-Parlons du métier de tourneur, quelle en serait pour toi la meilleure définition ?

 

L’intermédiaire entre le public et l’artiste qui lui permet de se produire live.

 

 

-Comment un tourneur gagne t-il sa vie ?

 

De mon côté je cumule plusieurs activités et je m’en sors plutôt bien, avec des périodes d’activités intenses et d’autres plus calmes (typiquement l’été car nos artistes n’intéressent pas les gros festivals commerciaux). L’agence prend un pourcentage de 10 à 15%, c’est la norme dans le métier. En parallèle on produit nos dates parisiennes ce qui est toujours un peu du poker (mais ne nous rapporte jamais beaucoup…). Il n’y a pas d’autres sources de revenus. Certaines agences ont des actionnaires, des subs ou des fonds occultes :). Mais pas nous, on est 100% indépendants.

 

 

-On imagine que certains artistes de ton roster sont plus demandés que d'autres, mais comment fais-tu pour placer les artistes moins demandés ?

 

C’est vraiment du cas par cas. Après c’est clair que booker Converge ou Mono peut prendre 3 mails alors que bosser sur des artistes découvertes demande du temps, beaucoup de mails, du téléphone etc…Quand c’est possible et cohérent, on essaie de placer les « jeunes » artistes sur des plateaux. Sinon communiquer sur le fait que le projet est spécial est important et souvent les gens suivent. Ca a été le cas pour la tournée de Blackie, jeune MC punk hip hop inconnu au bataillon mais qui a fait 20 dates au printemps 2012 sur la bonne foi de nos bios, vidéos etc…Les promoteurs savent qu’on ne leur fait pas à l’envers et que quand on propose un artiste découverte, on s’est renseigné (j’essaie de faire 2/3 festivals à l’étranger par an) et qu’on ne va pas leur refourguer la dernière arnaque Pitchfork pour 4000 euros.

 

 

-Beaucoup de nos lecteurs ont un groupe et fonctionnent sans tourneur. Selon toi, à partir de quel moment dans la vie d'un groupe, est-il important de trouver un tourneur ?

 

Tout dépend de ton esthétique musicale, ton but, ton envie de professionnalisation ou non. Aujourd’hui, les groupes doivent tout gérer eux-mêmes, leur com’, leur régie, le dialogue avec le public ; Je dirais que dans un premier temps, il faut jouer, le plus possible et à domicile le moins possible. Car le reflet que donne un concert à domicile est toujours déformé, car tu joues devant tes potes, tu rentres dormir chez toi le soir…Une tournée DIY est la meilleure des écoles, en faisant attention de bien préparer le voyage. Après si tu es déjà parti en vacances à l’arrache ce n’est pas si éloigné. Perso, je pense qu’il faut d’abord travailler un set solide et varié, définir une identité un peu originale et essayer de se démarquer des autres groupes. On peut clairement se passer de tourneur si un des mecs du groupe se sent de gérer ça. Après il faut quand même une structure, du temps etc…Mais ça se fait et c’est souvent bien pour se préparer à passer au stade supérieur.

 

 

-Quels seraient tes conseils aux groupes qui sont en recherche d'un tourneur ?

 

Hum un peu comme dans la vraie vie ou quand tu cherches un job. Ne pas envoyer un CV de webmaster à une école maternelle qui cherche un instit si tu vois ce que je veux dire :)

 

Dans le cas de Kongfuzi, ça prend du temps, on doit accrocher sur la musique, puis sur le live, la démarche et aussi sur le relationnel car développer un artiste indé français prend du temps et de l’énergie. A ne pas faire : ne pas nous harceler :) Les messages agressifs ou les mails pros envoyés sur une boîte perso le soir de Noël ça ne marche pas. Ne pas prendre mal le refus et accepter les critiques quand elles sont constructives. Tout ça semble un peu de l’ordre des lieux communs mais la nature humaine est toujours aussi étonnante !

 

 

-Pour toi, quelle est la différence entre un bon et un mauvais tourneur ?

 

Je ne peux pas trop de dire. Je pense qu’un bon tourneur se met au service de l’artiste, essaie de comprendre et défendre sa démarche. Un mauvais tourneur prend trop de photos facebook de lui en festival ou avec les groupes ! (ou se booke en première partie haha). En gros un bon tourneur est sérieux, motivé et est là pour les bonnes raisons (pas parce qu’aucune fille ne voulait sortir avec lui au collège…)

 

 

-Tu veux nous parler un peu de l'actu de Kongfuzi ?

 

Comme d’hab, des tournées françaises, des concerts parisiens ! On lance un nouveau projet qui nous tient beaucoup à cœur. Une résidence mensuelle à la Flèche d’or à Paris qui s’appelle les Yeux Fermés et qui a pour but de présenter des projets découvertes, extrêmes, un peu têtes brûlées. Avec un petit prix de billet.

 

Voilà les dates déjà calées.

 

4.2 : XIU XIU & EUGENE ROBINSON+SOMMET+BLACKMAIL

 

19.3 UMBERTO+LONELY WALK+EGYPTOLOGY+VIOLENCE CONJUGALE

 

21.4 : DEAFHEAVEN+THE SECRET+MONARCH

 

 

Et on bosse sur un nouveau Blood Brothers Festival, avec des films, des concerts, des stands et expos. Et peut-être un évènement à Brest.

 

 

-Et pour finir, c'est quoi ta dernière découverte musicale ?

 

Notre coup de cœur actuel c’est GULL, un one man band complètement fou que j’ai découvert lors d’un voyage aux USA. Un fou furieux entre Lightning Bolt, Yeasayer et Civil Civic qui joue dans la rue aux USA et en Afrique. Sinon les Lonely Walk de Bordeaux qui vont sortir un très bel album de garage à synthés ou encore les Papaye qui font un math rock de haute volée avec des vrais tubes stadiums !

 

 

 



* champ requis


Petit lexique secret Ă  l'usage des musiciens (2/3) Infographie : Le comportement des groupes par styles (3/3) >

Partager
Sur le blog Confliktarts.com : Interview Adrien Durand - Kongfuzi Booking
Bonjour, J'ai trouvé cet article sur le site de Conflikt arts et je pense qu'il peut t'intéresser : http://www.confliktarts.com/fr/blog/224/interview-adrien-durand-kongfuzi-booking A bientot
Votre demande de partage sur Conflikt Arts
Bonjour,<br /><br />Votre demande de partage a bien été prise en compte.<br />L'article : http://www.confliktarts.com/fr/blog/224/interview-adrien-durand-kongfuzi-booking a été envoyé.
Votre demande de partage a bien été prise en compte.

Dans la mĂȘme catĂ©gorie :

Nos conseils

5 maniĂšres de trouver un nom de groupe qui a la classe

Vous êtes au collège et montez votre premier groupe, vous lancez enfin votre projet perso après 5 ans de travail acharné, ...

171177 vues
Nos conseils

10 phrases Ă  ne plus dire sur scĂšne

Comme tous les spectacles, les concerts comportent leur lot de rituels ridicules ou non inhérents à chaque groupe. Mais s'il y a ...

86255 vues
Nos conseils

10 maniĂšres de virer son batteur en lui faisant croire que c'est lui qui part.

Le batteur est un animal étrange bien souvent considéré comme un mal nécessaire à la composition d'un groupe. ...

66175 vues
Nos conseils

10 maniĂšres de virer son bassiste en lui faisant croire que c'est lui qui part.

Le bassiste. Nul ne sait à quoi il sert, et pourtant, il est là, traînant ses guêtres autour de vous, errant comme un fantôme ...

53091 vues
Nos conseils

10 maniĂšres de virer son guitariste en lui faisant croire que c'est lui qui part.

Il est là, saturant l'espace de tout son ego sur-dimensionné, vandalisant chacun de vos morceaux de ses solos intempestifs. Vous ...

46156 vues

PUBLICITE

Suivez l'actualité du blog !

* champ requis

Saisissez le code figurant sur la carte de téléchargement que vous avez reçue pour obtenir vos fichiers gratuits. Bonne réception !


Catégories



Archives




Besoin d'aide pour configurer votre produit?
Contactez nous :

Par téléphone au : 02 99 92 89 05
Du Lundi au Vendredi de 9h Ă  18h.

Par email : Cliquez ici
Sur le site : Aide et FAQ

Les News du moment !

7'', 10'' ou 12''... retrouvez toutes les possibiltités ICI! Accéder au produit
7'', 10'' ou 12''... retrouvez toutes les possibiltités ICI!

Vinyle 33/45t (7"/10"/12"), pochette simple, Gatefold ou mĂȘme combo CD+Vinyle...

Lire la suite...
Pressage CD Jewel Box Accéder au produit
Pressage CD Jewel Box

DĂ©couvrez un large choix d'options pour votre Pressage CD !

Lire la suite...

Partager cet article

X
Interview Adrien Durand - Kongfuzi Booking
"Les promoteurs savent que quand on propose un artiste dĂ©couverte, on s’est renseignĂ©"