webleads-tracker

Newsletter

* champ requis

Interviews

Interview Jean CHOCUN : TRI YANN


"Nous avons fait le triste constat que la plupart du temps lorsque nous confions nos intérêts à des tiers nous sommes au minimum déçus, voire trahis"

Suite à la récente interview de MANAU, nous filons nos entretiens en terre celtique pour interroger l'un des plus dignes représentants du genre. TRI YANN n'est rien de moins que le groupe français qui connaît la plus grande longévité, une formidable épopée que nous retrace l'un de ses fondateurs, Jean Chocun, tout en nous éclairant sur les secrets et les pièges qui se cachent derrière une telle réussite. 

 
 


Bonjour, pourriez-vous vous présenter pour nos lecteurs ?
Bonjour, eh bien je suis Jean CHOCUN, l'un des 3 membres fondateurs du groupe TRI YANN, avec Jean-Louis JOSSIC et Jean-Paul CORBINEAU.
Le groupe a été créé en 1971, nous étions alors amateurs et, en 1973, nous avons abandonné nos métiers respectifs pour passer professionnels et tenter de vivre de la musique et de nos chansons, partant du principe que si à 24 ou 25 ans on ne se laisse pas un peu guider par nos rêves la vie s'annoncerait bien austère.

Le groupe est essentiellement connu pour avoir popularisé des grands airs traditionnels celtiques, comment s'organisent vos choix artistiques entre la composition pure et les reprises ?
En effet, au tout début de notre aventure nous nous contentions d'adapter des airs traditionnels à l'ambiance folk du temps, la formule était simple : voix, guitares, banjo, contrebasse, bombarde, flûtes etc... Les années passant et la formule du groupe évoluant (nous sommes maintenant 8 en scène) nous avons de plus en plus composé nos propres chansons ou instrumentaux.
Lorsque nous entamons le travail sur un nouveau CD -qui donnera forcément naissance à un spectacle renouvelé- chacun des membres du groupe apporte sa propre sélection de titres composés ou traditionnels. Peu à peu le choix s'élabore et nous finissons par retenir les titres qui nous semblent les plus appropriés à l'équilibre du CD que nous produisons, que leur origine soit ou non traditionnelle. De même pour les paroles qui peuvent rester telles qu'à l'origine, être adaptées ou tout simplement écrites, la plupart du temps par Jean-Louis.

Au delà  des grands succès populaires et folkloriques, le groupe s'est également monté sur une certaine idée de la culture bretonne et celtique, par quels moyens la faites vous vivre aujourd'hui ?
Bien bien qu'un éditeur parisien nous ait autrefois dit que le folk breton était sur le déclin (dans les années 75 !) et qu'il valait mieux nous orienter vers de la country-music !!! nous avons persisté dans notre démarche et la suite nous a confortés dans notre choix.
Bien que Nantais, et parfois mis au ban par les «ayatollah de la culture pure et dure », nous avons toujours affirmé notre identité bretonne contre vents et marées. Comme notre notoriété déborde largement des « frontières » de la Bretagne nous avons une certaine responsabilité car le public nous attribue une image de représentants de la culture Celte et Bretonne, c'est la raison pour laquelle nous intégrons systématiquement au moins 1 titre en langue bretonne sur chaque album bien que nous ne soyons pas bretonnants.

Chacun des membres de Tri Yann prend part à  des activités annexes à  a vie du groupe, qui peuvent aller de la comptabilité à  la technique et à  la production, ces spécialisations se sont elles faites naturellement par affinités, ou plutôt par opportunité et obligation ?
Comme il est évident que les compétences des uns et des autres sont à la fois différentes et complémentaires chacun participe à la vie du groupe à sa mesure. Nous avons fait le triste constat que la plupart de temps lorsque nous confions nos intérêts à des tiers nous sommes au minimum déçus, voire trahis. Donc nous gérons tout en interne avec une équipe fiable. Mais il faut bien reconnaître que s'occuper de la comptabilité n'a rien de passionnant, en revanche bien gérer les contacts avec les organisateurs de concerts, la presse, la promo etc... relève d'un challenge souvent gratifiant...tout en n'oubliant pas que l'essentiel reste le spectacle et la musique, ces deux éléments essentiels qui justifient l'ensemble de notre démarche.

Votre présence sur les réseaux sociaux est plutôt confidentielle, et le site web du groupe est relativement simple, est-ce une stratégie délibérée ou ne souhaitez-vous pas vous y impliquer outre mesure pour d'autres raisons ?
En effet le site Internet de TRI YANN n'est pas particulièrement élaboré et reste simple. Le webmaster, Eric Doll, gère à son gré le site en fonction des informations que nous lui fournissons. Il a eu le mérite d'être le premier à nous proposer de figurer sur le Net alors qu'à l'époque nous n'avions aucune idée de l'importance que ce média allait prendre au fil des ans. Nous sommes toujours fidèles à ce même Eric Doll par amitié et toujours pour les mêmes raisons qui nous ont fait refuser qu'une multinationale du disque se positionne pour prendre les commandes de notre site.
 

Aujourd'hui, y a-t-il des choses que la "petite entreprise" Tri Yann ne gère pas en totale indépendance ? 
Non, nous choisissons nos partenaires producteurs de spectacles, nous répondons directement aux demandes des organisateurs de concerts qui nous parviennent sans intermédiaires ou via quelques agents artistiques que nous connaissons bien, nous avons notre propre studio d'enregistrement, notre propre société de production et d'édition phonographique « Marzelle ».



Est ce que cette indépendance dans la gestion du groupe a toujours été un choix assumé ?
C'est un choix assumé mais nous n'aurions rien contre le fait de collaborer avec des partenaires susceptibles de nous apporter un plus grande médiatisation dans la mesure où nous resterions maîtres de notre destin et de nos options artistiques et personnelles.
Par le passé nous avons été en contrats d'artistes avec Mercury-Universal, Déclic Communication et Sony mais, lorsque les ventes de disques ne sont plus à la hauteur de ce que les multinationales attendent, les budgets ne suivent pas et l'artiste se retrouve plus ou moins sur la touche. Donc dorénavant, et depuis une dizaine d'années, nous ne pouvons plus être déçus car nous assumons à la fois production et promotion et nous n'attendons pas de miracle !

On vous a récemment a annoncé à  tort à  l'affiche d'un concert sur le site de l'Aéroport à  Notre Dame des Landes, ce que vous avez aussitôt démenti. Quand on connait l'investissement politique de certains de vos membres (comme Jean-Louis Jossic, adjoint au maire de Nantes), n'est-il pas difficile de lier l'artistique avec un quelconque positionnement politique ?
C'était de la provocation un peu naïve : comment les auteurs de cette intox peuvent-ils ne pas penser qu'au sein d'un groupe les sensibilités peuvent être diverses et qu'en ce qui concerne l'opportunité de cet aéroport l'un peut être opposé, l'autre être favorable et un troisième sans opinion ?. Les discussions vont bon train entre nous mais qui peut se targuer de détenir la vérité absolue et de n'être pas manipulé d'une façon ou d'une autre en fonction des intérêts en jeu. En outre chacun des membres du groupe est adulte et responsable donc ses engagements personnels qu'ils soient politiques ou autres ne concernent que lui... mais bien évidemment nous ne cachons pas que le cœur du groupe bat à gauche !

Avez-vous connaissance d'une relève générationnelle en ce qui concerne la musique bretonne et celtique ?
C'est vrai nous sommes de la génération des Servat, Stivell, Dan ar Braz, Sonerien Du etc... et nous avons les uns et les autres participé à cette « vague bretonne », il y a beaucoup d'émules dont certain(e)s sont talentueu(ses)x, donc la scène bretonne et celtique ne se porte pas mal. Ce qui est maintenant difficile c'est la diffusion par le disque car tout le monde télécharge et/ou pirate et picore un peu partout des bribes de musique sans pour cela en rémunérer correctement les auteurs. C'est difficile maintenant d'envisager d'entamer une carrière telle que nous avons vécu la nôtre, avec les hauts et les bas qui l'ont jalonnée mais avec cette longévité qui nous étonne nous-mêmes.

Pensez-vous qu'un "nouveau" Tri Yann puisse éclore dans les années à  venir ?
Ça ne semble pas intéressant si cette « relève » reprend la même formule. Nous avons proposé notre propre vision des choses et de la musique que nous vivons, des nouveaux venus devraient exprimer leur propre personnalité et surtout ne rien nous devoir. Le jour où le groupe Tri Yann cessera ses activités il restera dans quelques souvenirs un petit moment puis fera partie des anecdotes qui auront jalonné le 20ème et le 21ème siècle. En tout cas nous ne sommes pas une affaire commerciale et nous ne revendrons pas le « pas de porte » !

Vous êtes notamment connu pour être le "groupe français qui a la plus grande longévité", avec plus de 40 ans de carrière, quel est votre secret pour préserver l'envie au sein du groupe, et le développement d'une carrière si riche ?
Groupe breton, groupe français !!! Il n'y a aucun secret sinon le fait de toujours tenter de maintenir une ambiance correcte au sein du groupe malgré les différences d'âge et les disparités culturelles. Gérard Goron, le batteur du groupe depuis 1977, nous a fait remarquer que les problèmes surviennent toujours lorsqu'on a une trop longue période sans projets de nouveaux titres, sans objectifs concrets.
Comme je l'ai évoqué plus haut le marché du disque est moribond mais celui de la scène est très ouvert ; donc avec des méthodes au goût du jour les chanteurs et musiciens peuvent toujours espérer vivre de leur passion. En revanche il est beaucoup plus facile à l'heure actuelle d'enregistrer un titre, un album, un concert car la technologie a tellement évolué qu'elle est maintenant à la portée de tout un chacun alors, CD ou pas, les artistes ont maintenant la possibilité de diffuser leurs œuvres sur Internet et de toucher ainsi un public très large. A nos débuts le fait d'aller enregistrer en studio était un privilège, un événement... aujourd'hui c'est d'une affligeante banalité.

Que conseilleriez-vous aux jeunes groupes en devenir, quel que soit leur style, pour développer au mieux leur carrière ? 
De ne pas écouter le chant des sirènes, de garder leur autonomie, de rester soudés et d'avoir un projet artistique bien déterminé... ensuite tout est affaire de goûts du public, de modes et de diffusion (scène, médias). Enfin, lorsqu'on a la chance de pouvoir évoluer dans le monde artistique il faut oublier les horaires, ne pas compter son temps de travail ni les kilomètres, faire preuve d'obstination ; bref il faut garder les pieds sur terre !

Votre dernier album studio et le live des 40 ans datent de 2012, quels sont les projets à venir pour le groupe ?
Nous sommes actuellement au travail sur un nouveau CD... pour l'instant 5 ou 6 titres sont en bonne voie de réalisation ; il reste du grain à moudre ! Par ailleurs l'année 2014 semble bien se profiler au niveau des concerts car notre planning se remplit assez correctement ce qui est une chance en cette période de crise qui dure.

Avec trois disques d'or, parmi de nombreuses récompenses, quelle part ont aujourd'hui de telles reconnaissances ?
On ne va pas cracher dans la soupe et on est toujours contents de recevoir une « distinction », un disque d'or témoigne de ventes de disques correctes et donc de l'intérêt que nous témoignent les acheteurs de musique enregistrée, cela induit une économie saine qui nous permet de continuer à vivre notre histoire. Mais les médailles ne remplacent jamais l'accueil que nous fait le public lors des spectacles, ce qui reste notre véritable moteur.

La question traditionnelle pour finir, quelle est votre dernier coup de coeur musical, sur album et sur scène ?
Coup de cœur personnel sur un album : le dernier CD de Sting « The Last Ship »à la fois simple et riche, très élaboré... quant à la scène j'attends de savoir si j'aurai l'opportunité d'assister à la comédie musicale qu'il prévoit d'en tirer. Pour le reste, Joker, il y a tellement de belles choses à entendre et à voir et souvent les meilleures prestations ne sont pas les plus médiatisées.

 

 

Retrouvez TRI YANN sur : 

Le site officiel

Facebook

 

 

 

 



* champ requis


EXCLU: Lemmy de Motörhead rejoint le groupe Depeche Mode pour cinq dates exceptionnelles ! Visuel de la semaine : NOEIN >

Partager
Sur le blog Confliktarts.com : Interview Jean CHOCUN : TRI YANN
Bonjour, J'ai trouvé cet article sur le site de Conflikt arts et je pense qu'il peut t'intéresser : http://www.confliktarts.com/fr/blog/369/interview-jean-chocun-tri-yann A bientot
Votre demande de partage sur Conflikt Arts
Bonjour,<br /><br />Votre demande de partage a bien été prise en compte.<br />L'article : http://www.confliktarts.com/fr/blog/369/interview-jean-chocun-tri-yann a été envoyé.
Votre demande de partage a bien été prise en compte.

Dans la même catégorie :

Nos conseils

5 manières de trouver un nom de groupe qui a la classe

Vous êtes au collège et montez votre premier groupe, vous lancez enfin votre projet perso après 5 ans de travail acharné, ...

172002 vues
Nos conseils

10 phrases à ne plus dire sur scène

Comme tous les spectacles, les concerts comportent leur lot de rituels ridicules ou non inhérents à chaque groupe. Mais s'il y a ...

86283 vues
Nos conseils

10 manières de virer son batteur en lui faisant croire que c'est lui qui part.

Le batteur est un animal étrange bien souvent considéré comme un mal nécessaire à la composition d'un groupe. ...

66183 vues
Nos conseils

10 manières de virer son bassiste en lui faisant croire que c'est lui qui part.

Le bassiste. Nul ne sait à quoi il sert, et pourtant, il est là, traînant ses guêtres autour de vous, errant comme un fantôme ...

53101 vues
Nos conseils

10 manières de virer son guitariste en lui faisant croire que c'est lui qui part.

Il est là, saturant l'espace de tout son ego sur-dimensionné, vandalisant chacun de vos morceaux de ses solos intempestifs. Vous ...

46163 vues

PUBLICITE

Suivez l'actualité du blog !

* champ requis

Saisissez le code figurant sur la carte de téléchargement que vous avez reçue pour obtenir vos fichiers gratuits. Bonne réception !


Catégories



Archives




Besoin d'aide pour configurer votre produit?
Contactez nous :

Par téléphone au : 02 99 92 89 05
Du Lundi au Vendredi de 9h à 18h.

Par email : Cliquez ici
Sur le site : Aide et FAQ

Les News du moment !

Mug blanc, noir ou encore magic! Accéder au produit
7'', 10'' ou 12''... retrouvez toutes les possibiltités ICI! Accéder au produit
7'', 10'' ou 12''... retrouvez toutes les possibiltités ICI!

Vinyle 33/45t (7"/10"/12"), pochette simple, Gatefold ou même combo CD+Vinyle...

Lire la suite...
Pressage CD Jewel Box Accéder au produit
Pressage CD Jewel Box

Découvrez un large choix d'options pour votre Pressage CD !

Lire la suite...

Partager cet article

X
Interview Jean CHOCUN : TRI YANN
"Nous avons fait le triste constat que la plupart du temps lorsque nous confions nos intérêts à des tiers nous sommes au minimum déçus, voire trahis"