webleads-tracker

Newsletter

* champ requis

Interviews

Interview Gauthier Tondeur - PLAY IT LOUDLY


"Le meilleur moment c’est quand le groupe te dit qu’il va enregistrer un album et te fait écouter ses maquettes"

Gauthier Tondeur est un touche à tout, passé maître dans l'art du DIY à la française, à la lilloise pourrait-on même dire. Après avoir bossé chez Magic et aux Eurocks, le garçon s'est lancé dans la management, puis dans l'édition, la production, le label, la tournée... Avec pour seul leitmotiv et guide, la passion du son. Démonstration généreuse ci-dessous. 

 

 

 

Bonjour Gauthier, peux-tu te présenter pour nos lecteurs ?
Je suis le manager des We are Enfant Terrible (waet), Weekend Affair et Peru Peru et le co-créateur avec les membres de waet du label lillois play it loudly records (pil records).

 

Tu multiplies aujourd'hui les casquettes, dirais-tu que c'est par choix ou par contrainte de ne pas trouver les interlocuteurs que tu souhaitais par le passé ?
A vrai dire je ne me suis jamais posé la question, je fais ce que je pense savoir faire. Je me suis proposé comme manager pour les waet qui ont accepté puis l’idée était de sortir leurs albums et eps au plus vite donc on a monté le label. Puis petit à petit ca a pris de l’ampleur mais doucement et j’ai donc appris les différents métiers sur le tas.

 

De ces nombreuses activités, quelle est celle dans laquelle tu t'épanouis le plus, et celle que tu trouves la plus ingrate ?
Je suis manager, label manager et (de moins en moins) tour manager. Chaque activité est liée à l’autre  donc dur de faire la séparation.
Evidemment je pense que quand tu es patron de label et manager, le meilleur moment c’est quand le groupe te dit qu’il va enregistrer un album ou un EP et te fait écouter ses maquettes.
D’un autre côté rien ne remplacera jamais la tournée, les waet sont de très très bons amis et je prends beaucoup de plaisir à aller avec eux sur les concerts.

 

Peux tu nous présenter Play It Loudly et les activités que tu gères au sein de ce label ?
Alors comme je le disais plus haut play it loudly a été créé pour sortir les productions de waet. Au tout départ, avant même la création de waet je voulais créer un label avec Cyril (batteur des waet et clavier de weekend affair), c’est finalement waet qui nous a donné l’occasion de le faire. On a peu de prétentions, on sort ce qui nous intéresse  tous les 4. Il n’y a que peu de labels sur Lille, du coup nous sommes concentrés pour le moment sur l’electro-indie-pop lilloise. Nous avons 7 groupes au sein du label mais nous ne nous fixons pas de limites… Quant aux activités que je gère au sein du label et bien un peu tout, la comptabilité, l’administratif, la production, la coordination, le conseil artistique, nous n’avons pas de salariés ni de stagiaires d’ailleurs.

 

Comment es-tu devenu manager ? Etait-ce selon toi une vocation ou le fruit d'un cheminement de carrière ?
Je travaillais aux Eurocks et Cyril m’a fait écouter We are Enfant Terrible. Que mon pote fasse une musique à laquelle j’adhère à 200% m’a interpellé, je suis allé avec eux à leur premier concert à Paris en oct 2008, et leur ai proposé d’être leur manager dés le lendemain car ce concert a engendré une réaction en chaine de la part des pros. J’étais loin de m’imaginer l’ampleur que ca prendrait. Ce n’est évidemment pas le fruit d’un cheminement de carrière et encore moins une vocation (je voulais être le premier français à réussir en NBA à la base mais un certain TP a pris ma place). Disons que j’étais là au bon moment et j’ai eu l’envie de me prouver que je pouvais faire ça.

 

Il n'y a pas franchement de formation pour une telle carrière, mais en sortant d'une grand école de commerce, ça n'était quand même pas le type de carrière le plus évident ?
Non mais j’ai fui l’école de commerce. J’étais trop jeune à 17 ans pour choisir une formation, j’ai pris école de commerce « pour ne pas me fermer de portes ». Et puis de toute façon aucune formation n’est adaptée pour le métier de manager, et si il en existe une qui se revendique en tant que telle, ca doit être très mauvais. Tout est une question à mon avis, de rapports humains, de confiance. Un artiste ne peut défendre seul sa propre musique sans malaise. Un manager se doit de la défendre pour lui  dans la direction qu’ils ont choisi ensemble.

 

Tu es passé par la presse chez Magic, et par le live au Eurockéennes, qu'as-tu retenu de ces expériences que tu mets à profit dans tes activités actuelles ?  
C’est là que tout a commencé pour moi, je pense bien que si je n’étais pas passé par ces 2 structures, je n’aurai pas créé ce label. Magic m’a permis de découvrir le milieu du disque puisque j’étais chargé des partenariats avec les maisons de disques et les ventes de pubs « musique ». Du coup je passais mes journées en rendez-vous dans tous les labels parisiens, de Polydor à Diamondtraxx en passant par Pias, Naive, V2, etc…
C’était de 2005 à 2007, la crise du disque était bien présente mais les labels essayaient  de l’ignorer, il y avait encore beaucoup de sous dépensés sur certains artistes et en même temps, les majors commençaient à se délester des groupes moins vendeurs. Je suis ensuite parti m’occuper des partenariats aux Eurockéennes de Belfort où j’avais fait un stage pendant mes études. Ambiance totalement différente, du live, de l’événementiel, une structure créée par les politiques qui se sont petit à petit désengagés mais dont on sent toujours la présence parfois malsaine derrière. J’y ai encore de très très bons amis et j’ai quitté Belfort pour monter Pil ce qu’ils ont compris et soutenu. Le fait d’avoir connu le live et le disque via la presse m’a permis d’avoir ces multiples activités aujourd’hui en sachant toujours dans quoi je mettais les pieds. 

 

 

Quel est le type de contrat qui te lie aux groupes que tu manages ou qui sont signés sur le label ?
Avec les we are enfant terrible je n’ai aucun contrat, ils sont dans le label au même niveau que moi et notre lien juridique est là. Pour les autres, c’est un contrat par sortie, chacun est libre de quitter le navire si il le souhaite ou s’ils pensent trouver mieux ailleurs. Je n’ai pas les moyens financiers ni l’envie de payer des avances énormes et faire des exclus sur plusieurs albums.

 

Vous continuez à sortir des albums en physique, mais quelle est ton opinion sur la distribution digitale ? En tant que responsable de label, quel est selon toi la meilleure manière de distribuer des disques aujourd'hui ?
Je pourrai passer 10heures sur cette question. Déjà nous continuons à sortir des disques physiques car la plupart des médias n’accordent de l’intérêt aux disques que si il est dans la filière classique (CD en bacs, cd promo sur leur bureau, attaché de presse reconnu). Ensuite moi je reste un gros consommateur de disques, je n’ai jamais acheté de chansons sur itunes ou autres, 1€ pour un morceau en mp3 qu’on peut trouver sur le net gratuitement, ca ne me parle pas du tout. Après je ne critique pas, chacun écoute la musique comme il le veut, je constate juste qu’avant on prenait le temps (parce qu’on avait pas le choix) de découvrir un disque, sa pochette, ses crédits, les paroles, etc… On n’avait pas tous 150go de musique sur ordi et on prenait plusieurs écoutes pour se faire une opinion. Aujourd’hui l’offre est telle avec Spotify, Deezer, etc… on peut tout écouter tout de suite, et j’ai la réelle impression que si ca ne plait pas dans les 30 premières secondes d’un morceau, on le zappe, on l’oublie et il ne revient jamais. Ce n’est peut-être pas une mauvaise chose mais je me souviens que lorsque j’ai écouté Sonic Youth pour la première fois il y a 20 ans, j’ai trouvé cette musique trop expérimentale pour moi, un son trop dissonant et après plusieurs écoutes c’est devenu le seul groupe dont je me considère comme fan.

 

Que conseillerais-tu à un groupe qui aimerait signer sur PIL ?
Pas grand chose, je ne cherche pas de groupe, on signe à l’instinct sur pil sans planning ni développement de carrière en tête. Ce que je recherche le plus dans la musique c’est la sincérité du propos, l’originalité du son… Ensuite pour qu’un artiste soit sur PIl il faut qu’il plaise à nous 4 qui avons des goûts très différents, pas une mince affaire.

 

Que conseillerais-tu à quelqu'un qui voudrait se lancer dans la création d'un label comme le tien ?
Pas grand chose, c’est un métier difficile. Mais si quelqu’un en a envie je lui dirai de le faire parce qu’il sent que la musique qu’il a entre les mains mérite d’être diffusé et qu’elle ne le serait pas sans sa structure.

 

Pourrais-tu donner quelques conseils de promotion aux musiciens indépendants qui sortent leur premier album ?
Pffou, la seule chose que je demande à mes artistes c’est d’être conscients du milieu professionnel dans lequel ils évoluent, je leur parle beaucoup, les tiens au courant de ce que je fais hebdomadairement au minimum et des retours sur la promo, les ventes, etc…
Cependant il ne faut surtout pas que cela influence leurs créations musicales, on en revient à la sincérité du propos… Après il leur faut un porte-parole car défendre sa musique seule est ultra difficile et rarement compris, c’est peut être idiot mais c’est comme ça.

 

Et enfin la question traditionnelle, quelle est ta dernière claque musicale, en live et sur album ?
Je me prends beaucoup plus de claques sur disque qu’en live, c’est certainement la raison pour laquelle je travaille dans un label.
Je ne vais pas parler des dernières claques mais des plus marquantes, ca me semble beaucoup plus représentatif : en live, Blonde Redhead, Route du Rock 2004, orage dévastateur, rideau de pluie continu devant la scène et la musique de Blonde Redhead là dessus., imperturbable Le concert a été écourté et a du duré à peine plus de 35 mins mais tout était là
En disque, Kid A/Amnésiac de Radiohead, et pourtant je ne suis pas un ultra fan du groupe, loin de là mais (comme l’a écrit Simon Reynolds) ces 2 disques ont marqué le passage au 21è siècle, le changement de son, un renouveau total, inattendu un peu comme le 10,000hz legend de Air à la même époque mais dans une légère moindre mesure.


 

 

 

Liens utiles  :

>> SITE

>> TWITTER
>> SOUNDCLOUD

 



* champ requis


Visuel de la semaine : CHRISTINE Les meilleurs lieux où organiser son concert >

Partager
Sur le blog Confliktarts.com : Interview Gauthier Tondeur - PLAY IT LOUDLY
Bonjour, J'ai trouvé cet article sur le site de Conflikt arts et je pense qu'il peut t'intéresser : http://www.confliktarts.com/fr/blog/389/interview-gauthier-tondeur-play-it-loudly A bientot
Votre demande de partage sur Conflikt Arts
Bonjour,<br /><br />Votre demande de partage a bien été prise en compte.<br />L'article : http://www.confliktarts.com/fr/blog/389/interview-gauthier-tondeur-play-it-loudly a été envoyé.
Votre demande de partage a bien été prise en compte.

Dans la même catégorie :

Nos conseils

5 manières de trouver un nom de groupe qui a la classe

Vous êtes au collège et montez votre premier groupe, vous lancez enfin votre projet perso après 5 ans de travail acharné, ...

188350 vues
Nos conseils

10 phrases à ne plus dire sur scène

Comme tous les spectacles, les concerts comportent leur lot de rituels ridicules ou non inhérents à chaque groupe. Mais s'il y a ...

86909 vues
Nos conseils

10 manières de virer son batteur en lui faisant croire que c'est lui qui part.

Le batteur est un animal étrange bien souvent considéré comme un mal nécessaire à la composition d'un groupe. ...

66492 vues
Nos conseils

10 manières de virer son bassiste en lui faisant croire que c'est lui qui part.

Le bassiste. Nul ne sait à quoi il sert, et pourtant, il est là, traînant ses guêtres autour de vous, errant comme un fantôme ...

53408 vues
Nos conseils

10 manières de virer son guitariste en lui faisant croire que c'est lui qui part.

Il est là, saturant l'espace de tout son ego sur-dimensionné, vandalisant chacun de vos morceaux de ses solos intempestifs. Vous ...

46490 vues

PUBLICITE

Suivez l'actualité du blog !

* champ requis

Saisissez le code figurant sur la carte de téléchargement que vous avez reçue pour obtenir vos fichiers gratuits. Bonne réception !


Catégories



Archives




Besoin d'aide pour configurer votre produit?
Contactez nous :

Par téléphone au : 02 99 92 89 05
Du Lundi au Vendredi de 9h à 18h.

Par email : Cliquez ici
Sur le site : Aide et FAQ

Les News du moment !

T-shirt, sweat capuches, sac coton... retrouvez toutes les possibiltités ICI! Accéder au produit
7'', 10'' ou 12''... retrouvez toutes les possibiltités ICI! Accéder au produit
7'', 10'' ou 12''... retrouvez toutes les possibiltités ICI!

Vinyle 33/45t (7"/10"/12"), pochette simple, Gatefold ou même combo CD+Vinyle...

Lire la suite...
Imprime ton visuel sur 1 sweat capuche! Accéder au produit

Partager cet article

X
Interview Gauthier Tondeur - PLAY IT LOUDLY
"Le meilleur moment c’est quand le groupe te dit qu’il va enregistrer un album et te fait écouter ses maquettes"