webleads-tracker

Newsletter

* champ requis

Interviews

JB - CUSTOM 77


"Leo Fender ou Jim Marshall n'étaient ni luthiers ni même guitaristes. Et pourtant ils avaient compris ce que les gens voulaient et l'ont mis en oeuvre"

Anciennement guitaristes dans le même groupe, JB et Jérôme ont réalisé ce dont de nombreux musiciens rêvent, sans imaginer pouvoir le faire : fabriquer ses propres instruments. En à peine sept ans, le coup d'essai s'est transformé en coup de maître, CUSTOM 77 ayant fait sa première apparition au prestigieux NAMM, salon américain qui rassemble le gratin de la production instrumentale mondiale. Afin d'en savoir un peu plus, JB nous fait le plaisir de répondre à nos questions. 

 

 

 

Salut JB, peux-tu te présenter pour nos lecteurs ? 
Je suis l'un des deux créateurs de la marque avec Jérôme. Nous étions tous deux guitaristes du même groupe et avons lancé la marque Custom77 en 2007.

 

Peux-tu nous décrire brièvement ton métier et Custom 77 ? 
Nous nous occupons avec jérôme d'à peu près tout. Que ce soit le design des guitares. Les échanges avec notre usine. Les achats auprès des fournisseurs. Mais aussi les réponses aux emails. La communication sur les réseaux sociaux. Et enfin la préparation des commandes avant envoi, chaque guitare étant réglée avant envoi. Pour cela nous avons l'aide de deux apprentis qui sont rentrés dans la société cette année. Enfin il y a la partie artiste: Les réponses aux demandes d'endorsement, les échanges avec eux. Les réponses à leurs attentes souvent différentes des clients "normaux". Puis la gestion de la communication, des pubs sur les différents supports, de notre magasin que nous avons ouvert à Lyon l'année dernière. La gestion de notre deuxième marque 3YE Guitars. Les évolutions de notre site web. On ne s'emmerde pas.

 

 

Quels en sont les meilleurs et les pires aspects ?

La meilleure partie est la réalisation d'un nouveau design de guitare. Que ce soit la partie dessin jusqu'à un résultat qui nous fasse rêver. Puis la réalisation du premier prototype et enfin la première livraison de cette nouvelle guitare.
Les pires aspects sont ce que vivent la plupart des entrepreneurs. Gérer la paperasse. La comptabilité. Les problèmes avec les fournisseurs. Les transporteurs. Toutes les petites choses du quotidien qui n'ont au final aucun rapport avec l'activité qu'on a. Juste un tas de trucs qui font perdre du temps.

 

La marque est plutôt jeune et jouit déjà d'une belle réputation aux quatre coins du globe, quelle est le secret d'une telle réussite ?  
Je pense qu'on a de bonnes oreilles. On sait différencier les bons des très bons éléments d'une guitare. Et c'est ce qui nous a lancé au final. Se dire qu'il y avait moyen de faire des instruments qui sonnent mieux que d'autres marques, pour un prix équivalent. D'ailleurs on voit vraiment ça dans le métier. Pas mal de concurrents discutent les prix sur des produits alors qu'ils ne le testent même pas. Je parle bien entendu de grosses marques industrialisés. Pas de petites marques ou de luthiers.
Ensuite le deuxième élément est que nous vérifions toutes les guitares avant de les envoyer. Donc le client reçoit un instrument réglé et sans soucis.
Ce qui au final ne se fait plus vraiment dans ce genre de gamme de prix. Ce qui fait que nos clients sont en général très satisfaits et laissent de bons avis sur internet.
Enfin, j'espère que c'est aussi un peu lié à nos designs persos. Et que ces guitares intéressent les gens.

 

Contrairement à ce que votre nom pourrait laisser penser, vous êtes un véritable fabricant et non des adeptes de la personnalisation d'instruments, pourquoi ce choix qu'on peut imaginer plus risqué ?
En fait nous ne sommes pas luthiers à la base. Nous savions ce que nous voulions entendre. Nous savions les éléments qu'il fallait dans une guitare pour obtenir ce son mais nous n'avions pas le savoir pour réaliser la partie fabrication. Donc nous nous sommes mis à travailler avec des usines, qui elles produisent pour d'autres marques depuis des décennies. Nous savions qu'ils seraient tout à fait compétents pour exécuter notre cahier des charges. 
Disons que Leo Fender ou Jim Marshall sont plus des références pour nous que des grands luthiers. Ces deux personnes n'étaient ni luthiers ni électroniciens. Ils n'étaient même pas guitaristes. Et pourtant ils avaient compris ce que les gens voulaient et leur talent a été dans le fait de mettre ça en oeuvre. Il y a des meilleurs guitares qu'une Fender et des meilleurs amplis qu'un Marshall mais eux ont essayé de proposer au plus grand nombre un instrument de bonne facture. Et pour faire cela ils ont essayé d'industrialiser la chose. 
J'ai énormément d'admiration pour les luthiers mais je préfère dessiner une guitare et en vendre au plus grand nombre (à des prix plus abordables) plutôt que faire des instruments d'exceptions à l'unité. Pas que l'une ou l'autre de ses visions soit mieux que l'autre. Ce sont deux métiers différents.
Et nous n'aurions pas le talent suffisant pour être luthiers de toute façon.
Mais proposer un instrument pas très cher à un débutant m’intéresse tout autant que proposer un très bel instrument à un guitariste chevronné.

 

 

Vous fabriquez des grattes, mais aussi des basses, des batteries ou encore des cases, des jacks des baguettes ou des médiators, n'y a-t-il pas un risque à tant de diversification, peut-on faire d'aussi bonnes pédales d'éffet que des caisses claires ?
On était justement parti sur ce constat : si on sait entendre et concevoir une bonne guitare, alors on devrait pouvoir y arriver avec d'autres instruments. En s'entourant des bonnes personnes bien entendu. Nous avions justement une personne qui ne s'occupait que des batteries et une autre que des effets. Donc oui je pense qu'on peut le faire. 
Mais nous n'avions pas pensé à l'aspect marketing. En fait les gens identifient une marque à un type d'instruments et ne lui prête pas d'office la même confiance quand elle se lance dans un autre type de produits. Il faut tout refaire. Tout reprouver. Donc au final c'est beaucoup de travail et c'est pourquoi nous nous refocalisons sur les guitares depuis quelques temps. 

 

Vous rentrez tout juste du NAMM, en Californie, l'un des plus gros salons du matos musical au monde, ça fait quoi de montrer aux ricains de quel bois vos instrus se chauffent ? 
C'est assez étrange. Ce serait un peu comme une bande d'americains qui viendraient en France pour un salon culinaire afin de nous montrer ce qu'ils savent faire!
Mais au final on a été très bien accueilli. On a déjà eu pas mal de contacts avec des artistes et des studios là-bas mais on voulait vraiment avoir le ressenti du grand public sur nos designs.
Et ça à beaucoup plu. Le but était également de trouver des magasins sur les US pour nous distribuer et on a eu beaucoup plus de contacts qu'espéré. Maintenant il va falloir développer ça et y retourner régulièrement.  

 

 

Au delà de quelques salons, la promotion de la marque se fait essentiellement via le web, à l'image d'un groupe indépendant qui cherche à faire son auto-promo à bas coût. Cette stratégie payante était-elle une contrainte ou un choix assumé ? 
C'est la parfaite comparaison. Avec notre groupe, nous avions enregistré un album en 2006. Nous avions mis pas mal de moyens dedans (mixage à Los Angeles, mastering à New York) et au moment de le sortir, aucun label n'était intéressé. N'ayant plus les moyens de payer un pressage en plus, nous avions fait le choix de le vendre en téléchargement en direct sur notre site. Aujourd'hui cela parait d'une banalité folle mais à l'époque, la presse française avait refusé de le chroniquer car "un album qui ne sortait pas en physique n'était pas un vrai album".
Mais en faisant ainsi, on savait qu'on en vendrait beaucoup moins mais qu'on ne laisserait pas de pourcentage au label, au distributeur, au magasin etc... Et donc qu'avec des ventes assez faibles, nous avions plus de chance de rentrer dans nos frais.
Donc quand on a créé la marque, on est simplement partis sur la même base. En se disant qu'on vendrait peut-être 10 fois moins de guitares qu'en passant par les magasins mais qu'on n'aurait pas de marges à laisser à d'autres intermédiaires et donc qu'on pourrait en vivre avec des quantités plus faibles.
Et cela nous permettait de régler chaque guitare comme je l'expliquais. Alors que nous n'aurions pas pu le faire si nous avions vendu 10 fois plus de guitares.
Donc c'est simplement appliquer le DIY à l'industrie de la guitare en somme.

 

De Sonic Youth à Burning Heads en passant par Le Peuple de l'Herbe ou Lofofora, un sacré paquet de musiciens pros jouent sur du Custom 77, peux-tu nous dire comment s'organise votre politique d'endorsement ? 
Il y a plusieurs niveaux. Il va y avoir tous les groupes que tu as cité qui vont jouer sur nos guitares suite à des rencontres. Puis il y a tous les autres qui souvent nous contactent par mail au début. Ou alors sont amis avec un groupe déjà endorsé.
Depuis que nous faisons ça, nous sommes arrivés à la conclusion que cela ne rapporte pratiquement rien niveau vente directe. Mais cela participe à la crédibilité de la marque.
Donc sachant cela, on fait des choix parmi les demandes que nous recevons, qui sont motivés par nos goûts et par le contact avec les personnes. Ils ne nous rendront surement pas riches mais on préfère avoir des gens qui parlent de nous en bien autour d'eux et qui nous apprécient pour ce que nous sommes plutôt qu'avoir des artistes de variétés plus gros mais qui n'auront peut-être pas le même feeling avec nous. Au final nous avons donc pas mal de groupes de punks. Même s'il est dur de généraliser une scène, je crois qu'ils se prennent un peu moins la tête, taffent beaucoup pour leur groupe et ne se la pètent pas. Donc on s'entend bien en général avec ces gens.

 

Que conseillerais-tu à ceux qui souhaitent se lancer dans le rêve de fabriquer ses propres instruments ? 
Je leur dirai de foncer! Qu'ils ont pas mal de chances de se planter mais qu'au moins ils auront essayé. Ce sera toujours plus fun que de se trouver un boulot de fonctionnaire à la poste. (Je n'ai rien contre les fonctionnaires pour info, jJ'en ai plein dans ma famille :)
Mais pour être plus sérieux, la question sera vraiment de savoir ce qu'ils veulent et où sont leurs forces et leurs faiblesses. Doivent-ils faire une école de lutherie et créer des pièces uniques? Si oui alors sont-ils suffisamment doués de leur mains? Inventifs? Et prêts à en chier des années car ils sont nombreux à essayer et c'est un véritable art. Ou alors essayer de faire quelque chose comme nous. Travailler avec des usines et gérer les risques liés aux échanges à travers le monde?
Veulent-ils faire des copies? Des modèles originaux?
Sont-ils doués de leur mains dans le travail du bois? Doués pour dessiner? Doués pour régler? Doués pour comprendre le son? Doués pour la relation clientèle?  Le commerce? La communication? Et ensuite trouver dans tout ça ce qu'ils veulent faire et ce qu'ils ne veulent pas faire.

 

 

Comment vois-tu évoluer ce métier dans les années à venir ? 
J'aurais tendance à penser qu'il n'y aura pas de changement majeure pour les marques. Au niveau de la création des produits. De la promotion par les artistes etc...
Par contre je pense que la distribution va totalement changer.
Les grosse marques s'affranchissent déjà de leur distributeurs afin de se distribuer par elles-même. Je pense que l'étape suivante sera d'ouvrir leurs propres magasins. Peut-être en parallèle des autres mais avec tous leurs produits présents dedans. A l'image des Apple Store ou des magasins Adidas par exemple. Ainsi elles contrôleront tout, de la fabrication à la vente au client final. 
Mais s'il devait y avoir un changement radical pour les marques cela pourrait être l'impression 3D. Peut-être qu'une partie des utilisateurs basculeront sur des fabrications d'instruments avec ce type d'appareil. Un son évidemment totalement différent du bois mais une liberté de création presque totale. Peut-être que cela pourrait tout changer. 
Et puis au final on reviendra surement au bois. Car tout n'est qu’éternel recommencement. Et le guitariste revient toujours à la guitare sous sa forme la plus simple. Enfin on verra...

 

As-tu un rêve ou des rêves liés à ce métier ? 
Oui j'ai l'espoir que les guitares que nous avons dessinés pourraient perdurer longtemps. Que ces designs ne sont pas trop ancré dans une mode et qu'ils pourraient traverser les années.
Et j'ai toujours rêver qu'un mec vienne vers moi et me dise que sa première guitare était une Custom77 et que ça l'a motivé à apprendre. Et qu'il vit de la musique désormais.

 
Quels évènements professionnels vont marquer tes prochaines semaines et mois ?
On va refaire notre site pour permettre la gestion des revendeurs et donc créer un système de zones liés aux continents afin de découper le monde. Et séparer nos clients en direct de ceux qui devront passer par les magasins. En parallèle il va falloir développer les contacts que nous avons fait avec les magasins aux US. Développer également les contacts sur le japon. Nous avons plusieurs magasines japonais qui sont passés par notre stand et nous avons toujours voulu pénétrer ce marché. Donc c'est l'occasion.
Et puis développer les gammes des 4 nouvelles formes de guitares que nous avons présentées au NAMM.
Nous allons également redéfinir nos gammes actuelles. Celles pour la France et celles pour le reste du monde.
Et enfin nous avons un projet assez fun que nous aimerions mener à bien dans l'année. Cela est toujours en rapport avec les US mais ce serait un sacré truc si nous y arrivions.

 

 

C'est quoi la différence entre un bon et un mauvais fabricant de grattes ?
Celui qui écoute les instruments qu'il vend et l'autre qui ne discute que du prix d'achat.
(Encore une fois je parle des industriels, pas des luthiers.)

 

Et pour finir, tes dernières claques musicales, album et live ?
L'album de Mackelmore est vraiment bien classe. Le dernier Black Sabbath est pas mal. Florence and the Machine. Le dernier Die Antwoord. Le dernier Arctic Monkeys. Pour le live on se met de temps en temps le live de Daft Punk de 2007. Ca nous boost. Le dernier album de Chunk! No, Captain Chunk! nous a bien collé aux oreilles l'été dernier.
Et j''aime le titre "Happy" de Pharrel Williams. :)

 

 

LA SUITE SUR LE WEB : 

custom77.com
facebook.com/custom77
twitter.com/custom77
instagram.com/custom77
youtube.com/custom77official
plus.google.com/+custom77
custom77.tumblr.com

 



* champ requis


LA PARFAITE BOITE A OUTILS DU MUSICIEN LES 10 COMMANDEMENTS DES GROUPES SUR LES RESEAUX SOCIAUX >

Partager
Sur le blog Confliktarts.com : JB - CUSTOM 77
Bonjour, J'ai trouvé cet article sur le site de Conflikt arts et je pense qu'il peut t'intéresser : http://www.confliktarts.com/fr/blog/405/jb-custom-77 A bientot
Votre demande de partage sur Conflikt Arts
Bonjour,<br /><br />Votre demande de partage a bien été prise en compte.<br />L'article : http://www.confliktarts.com/fr/blog/405/jb-custom-77 a été envoyé.
Votre demande de partage a bien été prise en compte.

Dans la même catégorie :

Nos conseils

5 manières de trouver un nom de groupe qui a la classe

Vous êtes au collège et montez votre premier groupe, vous lancez enfin votre projet perso après 5 ans de travail acharné, ...

207767 vues
Nos conseils

10 phrases à ne plus dire sur scène

Comme tous les spectacles, les concerts comportent leur lot de rituels ridicules ou non inhérents à chaque groupe. Mais s'il y a ...

87507 vues
Nos conseils

10 manières de virer son batteur en lui faisant croire que c'est lui qui part.

Le batteur est un animal étrange bien souvent considéré comme un mal nécessaire à la composition d'un groupe. ...

66861 vues
Nos conseils

10 manières de virer son bassiste en lui faisant croire que c'est lui qui part.

Le bassiste. Nul ne sait à quoi il sert, et pourtant, il est là, traînant ses guêtres autour de vous, errant comme un fantôme ...

53829 vues
Nos conseils

10 manières de virer son guitariste en lui faisant croire que c'est lui qui part.

Il est là, saturant l'espace de tout son ego sur-dimensionné, vandalisant chacun de vos morceaux de ses solos intempestifs. Vous ...

46771 vues

PUBLICITE

Suivez l'actualité du blog !

* champ requis

Saisissez le code figurant sur la carte de téléchargement que vous avez reçue pour obtenir vos fichiers gratuits. Bonne réception !


Catégories



Archives




Besoin d'aide pour configurer votre produit?
Contactez nous :

Par téléphone au : 02 99 92 89 05
Du Lundi au Vendredi de 9h à 18h.

Par email : Cliquez ici
Sur le site : Aide et FAQ

Les News du moment !

Mug blanc, noir ou encore magic! Accéder au produit
7'', 10'' ou 12''... retrouvez toutes les possibiltités ICI! Accéder au produit
7'', 10'' ou 12''... retrouvez toutes les possibiltités ICI!

Vinyle 33/45t (7"/10"/12"), pochette simple, Gatefold ou même combo CD+Vinyle...

Lire la suite...
Badge rond, magnet ou miroir... des goodies à petit prix! Accéder au produit
Badge rond, magnet ou miroir... des goodies à petit prix!

25 mm, 32 mm, 45 mm... toutes les possibilités à partir de 50 exemplaires!

Lire la suite...

Partager cet article

X
JB - CUSTOM 77
"Leo Fender ou Jim Marshall n'étaient ni luthiers ni même guitaristes. Et pourtant ils avaient compris ce que les gens voulaient et l'ont mis en oeuvre"