webleads-tracker

Newsletter

* champ requis

Interviews

DANY - CHANTEUR DE RUE PROFESSIONNEL


"La rue, c'est une prestation qui se situe entre la répétition et le concert"

Abordé avec une certaine provocation teintée d'humour il y a quelques semaines, l'art de la musique de rue est une frange du panorama musical qui devient encore plus inédit quand il s'agit de professionnalisation. Oui, on peut jouer de la musique dans la rue et en vivre, Dany le prouve du haut de ses 44 ans et plus de 25 ans de carrière. Des statistiques de rock star avec 200 morceaux composés, 15 albums produits et 61 000 exemplaires vendus ! Ses idoles sont Renaud, Jean-Louis Aubert, Coluche ou Bob Dylan. Les Francos de Spa, les Trinitaires à Metz, le Printemps de Bourges (2002) lui ont déjà fait confiance pour ce qui est des structures lui permettant de changer de la rue de façon grandiose, ouvrant par exemple les concerts pour Bertignac, Les Têtes Raides ou encore Giedré. Rencontre avec un gars pas banal. 

 

 

Salut Dany, peux-tu te présenter pour nos lecteurs ?

Je m'appelle Daniel Hesse, je suis artiste lorrain. Enfant, j'avais des petits soucis de santé (convulsion, asthme, tétanie). Je ne jouais pas forcément avec les autres, qui avaient d'éventuelles activités plus "sportives". Je me suis d'abord intéressé au théâtre de marionnette, la bande dessinée. Dans les années 80, j'ai rencontré musicalement Téléphone et Renaud, qui m'auront naturellement aiguillé vers la chanson, le rock.

 

Comment passe-t-on du statut de musicien passionné à celui de chanteur de rue professionnel ?

Par défaut, un peu. Quand j'ai eu 18 ans, je souffrais de ne pas m'exprimer devant des gens. Dés ma première expérience en décembre 2008 dans la bonne ruelle à Metz, j'ai compris que je signais pour longtemps.... :)

 

Tu joues donc très souvent dans la rue, est ce qu’il t’arrive d’y trouver l’inspiration et d’y composer directement, entre deux morceaux, voire d’y improviser ?

Evidemment. La rue, c'est une prestation qui se situe entre la répétition et le concert. Les gens m'entendent mais ne m'écoutent pas forcément. Cette prestation est gratuite est payante en même temps, les gens donnent s'ils veulent et ce qu'ils veulent. Parfois, oui, je joue une chanson et je détourne les accords, le rythme. Dés lors, ça me donne un piste pour une éventuelle prochaine chanson à moi.

 

Tu passes régulièrement de la rue aux « vraies » scènes, n’as-tu jamais eu envie de quitter définitivement le pavé pour ne connaître que le confort des salles traditionnelles ?

J'en rêve ! Il y'a 5 ans, j'ai écrit un one man show sketchs et chansons qui raconte mon parcours de chanteur de rue. Ce spectacle est aussi et surtout une apologie de la Liberté. On est artiste dès lors qu'on fait ce qu'on veut dans la vie. On ne compte plus les heures, le temps que l'on passe ni forcément la rentabilité. Ce spectacle est pour les 3/4 composé de chansons présentes sur mes différents albums, et aussi des chansons de ma dernière production. Je joue ce spectacle environ 20 fois par an, si je le jouais chaque semaine je ne jouerais plus dans la rue !

Mais comme je n'ai ni tourneur ni manager, je suis un véritable self made man, je poursuis mon activité de chanteur de rue.Comme ça fait 25 ans, je suppose que je ferai ça toujours....

 

Tu dis parvenir à écouler en moyenne 5 000 albums par an, soit 13 vendus par jour, tu aurais quelques conseils pour ceux qui se galèrent à en écouler 500 ?

Pour être précis, j'ai eu une pointe de 6000 albums par an entre 2004 et 2011. Désormais, c'est plutôt 3000. Comme tout le monde, je constate que le disque meurt, lentement. En 25 ans, j'ai connu le temps où on me l'achetait comme une oeuvre d'art, désormais c'est plutôt comme un objet de merchandising. Pour en écouler 500, faut jouer 50 fois en café concert et ne pas le vendre cher. Perso j'ai vendu 60 000 albums, mais la moyenne du prix d'achat est de 5€. Si j'essayais d'en avoir 10€ je n'écoulerais pas 3000 cds à chaque fois mais quelques centaines, hélas.

 

Tu sors des albums très régulièrement (presque deux par an), tu te confrontes donc forcément à la critique facile qui veut qu’il est difficile de sortir des choses de qualité très fréquemment. Qu’y réponds-tu ?

Mes albums sont des produits verts et bruts. Ils ne sont pas élaborés, peaufinés. Ils sont comme une carte de visite, une maquette. je comprends qu'on a des attentes d'un album qui serait très produit ou surproduit. les miens sont un peu comme mes prestations de rue, un atelier de travail. Il y'a presque 20 ans, je me lançais dans l'intermittence du spectacle, je sollicitais des musiciens, comédiens, aides (Jeunesse et Sport, FOL) et différents sponsors pour monter un spectacle soutenu par un disque et un film : "Les Archy". Mais comme je ne suis pas manager, je n'ai pas continué dans ce type d'activités. Chanter dans la rue, c'est chanter pour l'infini. Toute proportion gardée, je me sens d'avantage dans la veine de Bob Dylan ou Brassens que les Pink Floyd.

Ma chanson est enregistrée le plus souvent sommairement, guitare voix avec éventuellement un instrument d'appoint. Je ne suis pas fermé à des collaborations. Si je rencontre un artiste qui a un home studio chez lui, si des gens veulent me trouver des dates pour mon spectacle "Dany Des Rues se met au show", ils sont les bienvenus !

 

 

Comment te débrouilles-tu avec les déclarations de morceaux et la SACEM ?

Mon catalogue (plus de 200 chansons) est intégralement enregistré à la SACEM. je dois rendre hommage à ces sociétés de droits, auteur, interprète ou producteur qui  réprésentent 25% de mes revenus, soit le coût de mon disque.

 

Quels seraient ton meilleur et ton pire souvenir de chanteur de rue jusqu’à maintenant ?

J'ai beaucoup de bons souvenirs grâce à la rue. La fille que je regardais sans oser l'aborder, qui a aimé mon personnage de chanteur de rue, le gars qui sort de prison et me demande 20 minutes de juke box en échange du peu d'argent qu'on lui donnait à sa sortie, Les Francofolies de Spa qui m'auront programmé suite au bouche à oreille favorable.... Disons que le meilleur aura été simplement le premier jour, lorsque j'ai compris que je pouvais vivre comme ça.

Le pire, c'est peut être le problème de compréhension que je connais avec d'autres gens qui font la manche. Les Roms ces dernières années m'auront fait connaître pas mal d'ennuis à Esch sur Alzette. Ca m'a bien énervé les premiers temps, désormais j'essaye de mieux gérer. Il faut comprendre que ces gens vivent dans une grande précarité.

 

Tes albums sont désormais disponibles en téléchargement, est-ce la fin de la vente dans la rue ou un canal de vente alternatif ? 

Sensiblement, d'année en année, je joue de moins en moins dans la rue. Donc je vends moins dans la rue, deux fois moins qu'il y'a 10 ans. C'est effectivement une bonne nouvelle que mon intégrale soit en écoute sur Deezer, en téléchargement sur les plateformes légales.

Chaque fois qu'un disque sort, je me demande s'il y'en aura un prochain...

 

Ta marque de fabrique, c’est de squatter les files d’attente de concerts. Comment t’est venue cette idée et est ce plus « facile » que la rue ?

J'avais postulé pour une première partie de Renaud en 2000, fort de mes 200 concerts locaux. la salle a refusé, prétextant qu'elle ne diffusait pas d'artistes régionaux. Par défaut, je l'ai faite devant la porte. Comme ce système s'est avéré rentable, j'ai continué... j'en fais 40 par an, à peu près.

C'est différent de la rue, les offs. En off je sollicite une pièce de monnaie pour la musique. Dans la rue, je ne demande rien, je suis dans ma bulle, comme un pêcheur.

 

Est ce que comme on l'imaginait dans un récent post provocateur, chanter dans la rue peut permettre de gagner sa vie ?

Dans les  premiers temps, tu galères probablement. Puis tu observes et fais évoluer là où tu constates une rentabilité supérieur (l'intérêt est donc de gagner le plus possible en peu de temps)

Ces dernières années, je joue une centaine de fois par an. Au début je jouais 300 jours dans l'année. Je me répète mais la finalité est de présenter mon spectacle. Oui, je sais "faire mon chiffre" pour nourrir mes enfants, me nourrir moi même, payer mes factures. Mais j'aime évoluer devant un public, entendre des gens me témoigner leur sympathie pour le concept Dany Des Rues ou pour l'une de mes chansons, un de mes sketchs.

 

C'est quoi la différence entre un bon et un mauvais chanteur de rue ?

Une fois, un mec a pris ma guitare dans la rue. Il a commencé a chanter et à la fin de sa chanson il y'avait 20 personnes autour de nous, plein d'argent étaient tombé dans l'étui. Lui, c'est peut être le bon chanteur de rue. Moi, je me sens davantage auteur qu'interprète, peut être parce que je ne me suis jamais vraiment épanoui comme interprète, je n'ai pas forcément évolué là où j'aurais voulu.

Ceci dit, j'ai davantage l'impression d'être perçu comme un personnage social que comme un artiste. Les gens viennent parler avec moi, je suis parfois leur confident, leur psy.... :) Ca se situe ailleurs que dans l'artistique, je suis l'oreille ou la voix qu'ils ont besoin d'avoir, parfois.

Si une chaîne de télé veut un jouer créer un personnage récurent dans une série, j'ai des idées à partir du chanteur de rue! :)

 

Et pour finir, tes dernières claques musicales, album et live ?

Shaka Ponk, Camille et Arnaud Fleurent Didier en concert. Niveau album, j'ai vraiment l'impression que plus personne n'investit d'argent parce que rien ne casse trois pattes à un canard. On ne connaitra plus jamais de PinkFloydTheWall

 

 

La suite sur Facebook 


 



* champ requis


Comment tourner un clip musical cool à pas cher 10 (autres) phrases à ne plus dire sur scène >

Partager
Sur le blog Confliktarts.com : DANY - CHANTEUR DE RUE PROFESSIONNEL
Bonjour, J'ai trouvé cet article sur le site de Conflikt arts et je pense qu'il peut t'intéresser : http://www.confliktarts.com/fr/blog/417/dany-chanteur-de-rue-professionnel A bientot
Votre demande de partage sur Conflikt Arts
Bonjour,<br /><br />Votre demande de partage a bien été prise en compte.<br />L'article : http://www.confliktarts.com/fr/blog/417/dany-chanteur-de-rue-professionnel a été envoyé.
Votre demande de partage a bien été prise en compte.

Dans la même catégorie :

Nos conseils

5 manières de trouver un nom de groupe qui a la classe

Vous êtes au collège et montez votre premier groupe, vous lancez enfin votre projet perso après 5 ans de travail acharné, ...

188350 vues
Nos conseils

10 phrases à ne plus dire sur scène

Comme tous les spectacles, les concerts comportent leur lot de rituels ridicules ou non inhérents à chaque groupe. Mais s'il y a ...

86909 vues
Nos conseils

10 manières de virer son batteur en lui faisant croire que c'est lui qui part.

Le batteur est un animal étrange bien souvent considéré comme un mal nécessaire à la composition d'un groupe. ...

66492 vues
Nos conseils

10 manières de virer son bassiste en lui faisant croire que c'est lui qui part.

Le bassiste. Nul ne sait à quoi il sert, et pourtant, il est là, traînant ses guêtres autour de vous, errant comme un fantôme ...

53408 vues
Nos conseils

10 manières de virer son guitariste en lui faisant croire que c'est lui qui part.

Il est là, saturant l'espace de tout son ego sur-dimensionné, vandalisant chacun de vos morceaux de ses solos intempestifs. Vous ...

46490 vues

PUBLICITE

Suivez l'actualité du blog !

* champ requis

Saisissez le code figurant sur la carte de téléchargement que vous avez reçue pour obtenir vos fichiers gratuits. Bonne réception !


Catégories



Archives




Besoin d'aide pour configurer votre produit?
Contactez nous :

Par téléphone au : 02 99 92 89 05
Du Lundi au Vendredi de 9h à 18h.

Par email : Cliquez ici
Sur le site : Aide et FAQ

Les News du moment !

Imprime ton visuel sur 1 sweat capuche! Accéder au produit
Pochette simple, dos carré ou gatefold... retrouvez toutes les possibiltités ICI! Accéder au produit
Pochette simple, dos carré ou gatefold... retrouvez toutes les possibiltités ICI!

Vinyle 33/45t (7"/10"/12"), pochette simple, Gatefold ou même combo CD+Vinyle...

Lire la suite...
Mug blanc, noir ou encore magic! Accéder au produit

Partager cet article

X
DANY - CHANTEUR DE RUE PROFESSIONNEL
"La rue, c'est une prestation qui se situe entre la répétition et le concert"