webleads-tracker

Newsletter

* champ requis

Interviews

Interview > Marc-Eric - AESCENE


"En France comme en Belgique, et peut-être plus largement en Europe, nous ne sommes pas habitués à faire des efforts financiers pour notre formation"

Marc-Éric a de tout temps aidé les groupes à avancer. C'est d'abord passé par les consoles de son qu'il pilote depuis trente ans, puis à la faveur de rencontres il s'est improvisé coach, bien avant que ce mot soit à la mode. Sa grande expérience du milieu en fait aujourd'hui un observateur avisé des prestations scéniques de groupes débutants ou non, qu'il s'efforce de guider dans la course à la professionnalisation. Pour ce faire, il vous propose très bientôt une web-conférence gratuite, dont il nous parle ici.

 

 

 

Salut Marc-Eric, peux-tu te présenter à nos lecteurs en quelques mots ?

Je suis coach spécialisé dans le développement d'artiste. J'ai une expérience de 30 ans comme ingénieur du son particulièrement orienté concerts. J'ai aussi été régisseur général, manager de groupe et organisateur de festivals multi-disciplinaires. J'ai fait plus de 1700 concerts dans 11 pays avec des centaines de musiciens.
C'est après une quinzaine d'années sur les scènes d'Europe et avec les matériels les plus variés que j'ai eu assez d'expérience pour ne plus avoir besoin regarder les boutons pour savoir lequel tourner. J'ai relevé la tête plus souvent et je me suis intéressé à ce qui se passait sur la scène. Qu'est ce que j'ai observé ? Et bien des concerts ennuyants à regarder, trop souvent des guitaristes qui ne regardent que leur manche, des chanteurs cachés derrière des lunettes noires..  Peu de communication. Et dans les loges après les concerts ces mêmes musiciens s'étonnaient : « Le public ne me comprend pas », « il ne bouge pas » ou encore « Mets-moi plus fort ». Cette prise de conscience fût un choc pour moi. Je pensais contribuer à des spectacles touchants et je me suis demandé ce que je faisais là. Il fallait trouver une issue. Une amie danseuse m'a parlé d'un gars qui était venu dans sa compagnie et avait amené de grands changements avec des petites choses, inattendues. Le hasard a fait que ce gars était un ami. Michel, qui est comédien et metteur en scène a l'esprit curieux et une expérience particulièrement riche. Comme c'est au théâtre que l'art de la scène est le plus étudié, travaillé, il pouvait peut-être m'aider. Michel n'écoute que de l'opéra, mais il décide de m'accompagner dans « mon petit délire » : Amener les musiciens à s'interroger en profondeur sur leurs prestations scéniques. J'avais sous le coude un groupe qui était prêt à me suivre dans l'expérience ... Ce fut mon premier coaching scénique, le résultat fut magique, rapide et impressionnant.

 

 

Quelle est la signification d'AESCENE, la structure que tu as monté ?

L'histoire que je viens de vous conter s'est déroulée il y a 15 ans et ce fût le début d'une nouvelle carrière toujours aussi passionnante aujourd'hui. Je me suis formé au coaching et j'ai construit cet accompagnement. Approche Énergétique de la Scène signifie simplement que je porte une attention à l'énergie du musicien, du chanteur. Je suis très attaché à la liberté artistique. Beaucoup de musiciens sont frustrés de ne pas trouver plus d'échos à leur travail et ils ont le sentiment d'être seuls. L'industrie s’intéresse plus au packaging qu'à l'artiste lui-même. Celui-ci est pourtant sa « matière première ». J'ai pris le contre-pied pour avancer. Depuis cette époque j'ai dans le collimateur de d'abord assurer une bonne base : ce qui fait vivre l'artiste, les émotions qu'il véhicule et l'état d'esprit dans lequel il est. Je mets le focus sur ce qui rend le musicien unique, et qui ne demande qu'à jaillir.
La scène doit être un espace relationnel, un lieu où l'énergie circule fortement. Aussi, tant dans les formations que les coaching, je veille à faciliter la communication entre l'artiste et son public en lui proposant des approches efficaces. Vient ensuite un travail sur son interdépendance avec les professionnels du milieu. Toujours en soutien à ses spécificités, sa couleur unique, le musicien, le chanteur peut trouver son équilibre entre ces trois niveaux, individualité-communication-interdépendance, il s'exprime alors avec plus de justesse, les spectacles sont plus fort, aux bénéfices de tous et de chacun.

 

 

 

Tu t'attaches donc depuis longtemps à travailler sur l'énergie des groupes sur scène, t'adresses-tu autant à des groupes en développement qu'à des groupes confirmés et comment se font les rencontres qui mènent à ce travail ?

Les rencontres se font au détour d'un backstage, en répétition... et sur le net aussi maintenant. Qu'ils aient 14 ou 114 ans, j'écoute ce avec quoi ils viennent et où ils veulent aller. Une fois sortis de scène, les vrais artistes sont des gens simples, les échanges sont faciles.
Ce qui fait le charisme et le succès durable d'un artiste, c'est la puissance de ce qui l'habite. Pour gérer sa carrière il faut avoir une bonne connaissance de qui on est. Connaître ses désirs les plus profonds, ses valeurs, libérer sa personnalité des tralalas. Au delà de travailler sa technique d'instrument, le travail sur soi est nécessaire pour garder les pieds sur terre.

 

 

Ne trouves-tu pas qu'en matière de concert, les anglo-saxons ont souvent ce "truc en plus" qui fait que l’appréhension de la scène est plus pro chez eux que chez nous ?

En Europe nous sommes plus intellectuels et sentimentaux. Je trouve que les américains ont une forme de détachement, le « Show must go on » l'exprime assez bien. Ici l'art est fort connecté à l'histoire avec un grand H, il faut pouvoir s'en dégager. Aux USA leur histoire est fort récente, ils sont probablement plus libres et créatifs, plus singuliers. Je trouve que les frontières culturelles se dissolvent. Beaucoup copient ce qui vient de là-bas. Il y a d'ailleurs un appauvrissement de l'offre dont les professionnels du secteur se plaignent.

 

 

Y a-t-il selon toi des différences en Europe à ce niveau, entre la Belgique et la France par exemple ?

Clairement. Comme le pays est petit, le belge sort aussi facilement de ses frontières, nous parlons facilement d'autres langues (trois langues nationales). La France est un plus gros pays, plus auto-suffisant (comme les américains du nord), avec une culture propre riche de son histoire (à l'inverse de ces mêmes américains). En Belgique nous avons été envahis par les français, les hollandais, ... Notre culture s'est construite d'un mélange très personnel de plein de cultures, un peu comme les québecois, c'est ce qui nous donne une couleur particulière qui attire l'attention.

 

 

 

Nous avons une culture dans ces pays qui pousse volontiers à l'accompagnement de groupes, à travers des résidences, du coaching, des masterclass, ateliers, etc. N'est ce pas quelque chose qui peut paradoxalement freiner la créativité et la confiance qu'un groupe pourraient acquérir de lui-même en ne l'incitant pas à se développer par lui-même ?

Les institutions ont une approche stéréotypée de l'accompagnement qui freine la créativité. Nous sommes trop souvent des assistés. En France comme en Belgique, et peut-être plus largement en Europe, nous ne sommes pas habitués à faire des efforts financiers pour notre formation. De la maternelle à l'université c'est la quasi gratuité et l'effet est sournois. Aux States c'est un investissement personnel, et ils ont donc un engagement plus marqué dans ce qu'ils entreprennent. Nous pouvons en prendre de la graine, et ça demande un peu de travail, plus confiance en soi.

 

 

Quels sont les ressorts essentiels selon toi pour qu'un groupe améliore sensiblement ses prestations scéniques ?

Un spectacle est réussi quand il y a une unité entre l'artiste et le public, quand celui-ci vibre autant que la scène. Il y a des choses à activer de tout les côtés, les répétitions, la technique son et lumière, la mise en scène, les costumes etc. Mais tout ça est inutile si l'intention artistique du musicien n'est pas claire. Le plus gros ressort de l'artiste est celui qu'il a en lui, c'est le désir profond qui l'anime, celui pour lequel il est là. Il faut prendre du recul pour le clarifier, sortir de la routine pour sortir des clichés et mettre des mots dessus.

 

 

Tu proposes bientôt une web-conférence en ligne et gratuite à destination de tous les groupes qui le souhaitent, peux-tu nous expliquer en quoi cela consiste ?

A cette occasion, je partagerai sur mon parcours, comment je vois l'évolution des artistes. Je proposerai aussi des astuces et des exercices concrets. Ensuite je serai à l'écoute des questions des internautes, et j'y répondrai de mon mieux.

 

 

 

Peux-tu nous indiquer quand aura lieu cette conférence et comment les groupes doivent s'y prendre concrètement pour pouvoir la suivre ?

C'est très bientôt. Vous recevrez instantanément un email sur votre compte, vous pourrez poser vos premières questions et recevoir toutes les infos pratiques quand vous nous aurez confirmé votre inscription. Concrètement, comme c'est gratuit, pour vous assurer d'avoir une place inscrivez-vous maintenant sur la page dédiée d' aescene.be.

 

 

As-tu des anecdotes sur des groupes avec lesquelles ça s'est très bien/mal passé, en citant des noms bien sûr ? :)

Je respecte ceux qui se plantent, parce qu'ils prennent des risques ! Ça ne m’intéresse pas de les critiquer. Il faut savoir aller toucher ses propres limites. Le public reconnaît ces instants de vulnérabilité comme les meilleurs moments d'un spectacle, les plus attachants, c'est les plus puissants en terme de souvenirs.
Je pourrais vous parler de Fishbone, Morphine, Manu Chao que je connais depuis ses débuts, ou encore Ange ... Le succès est fait de générosité. Un artiste prend l'énergie du monde et du public, et il la rend avec sa propre valeur ajoutée.
Si les musiciens jouent, j'insiste sur le mot, si musicalement parlant ils jouent, c'est facile de trouver les bons réglages son par exemple. Quand les musiciens ne sont pas sûr d'eux, ça peut prendre des heures et ça ne sonnera pas mieux, tout sera à refaire pendant le concert parce que l'énergie des musiciens aura changé. Des musiciens qui connaissent leur motivation, qui ont foi en eux, ont toute leur énergie disponible pour être là présent à leur public, et prendre leur pied sainement.

 

 

Si tu pouvais coacher n'importe quel groupe vivant ou mort, lequel ce serait ?

Bon déjà s'il est mort je peux rien faire pour l'aider. De leur vivant, il y en a plein que j'aurais aimé coacher, pourquoi plus l'un que l'autre ? Pour répondre quand même, je coacherais bien Madonna tiens, là comme ça ! C'est une femme qui a les énergies masculine et féminine bien présentes en elle, et j'aime ça. Madonna a du vécu, elle est créative et a toujours un truc à partager. Ça pourrait être sympa. Click on that link Louise, you're welcome !

 

 

Et si tu devais t'exiler sur une sombre planète qui ne connaît pas la musique avec un seul album a faire découvrir a tes nouveaux amis, ce serait lequel ?
Les humains font de la musique pour les humains. Je crains que mes amis d'exil n'y comprennent rien. Alors si la planète de mes nouveaux amis est sombre j'embarquerais peut-être en cadeau des chants d'oiseaux de nos régions, ou des sons de vagues envoûtées de l'Atlantique. Je crois que ça pourrait bien se mixer à l'harmonie des sphères dont parle Platon.

 

 

Enfin, tes deux dernières tartes musicales, sur album et en live ?

On redescend là :-) L'entarteur c'est un liégeois tiens justement ! La résistance par l'humour. Mais il y en a trop à entarter, trop de « je veux faire comme l'autre parce qu'il passe à la TV ». Pour être soi il faut d'abord arrêter de se comparer aux autres.

Vivez votre rêve, soyez des dragons tueurs, des princes ou des princesses triomphant(e)s :-)

 

LA SUITE SUR LE WEB : http://www.aescene.be & www.facebook.com/

 


 



* champ requis


12 Trucs cools à faire en répétition pour s’améliorer tout en s’amusant avec son groupe de musique Les 23 points communs entre jouer dans un groupe et travailler en entreprise >

Partager
Sur le blog Confliktarts.com : Interview > Marc-Eric - AESCENE
Bonjour, J'ai trouvé cet article sur le site de Conflikt arts et je pense qu'il peut t'intéresser : http://www.confliktarts.com/fr/blog/479/interview-marc-eric-aescene A bientot
Votre demande de partage sur Conflikt Arts
Bonjour,<br /><br />Votre demande de partage a bien été prise en compte.<br />L'article : http://www.confliktarts.com/fr/blog/479/interview-marc-eric-aescene a été envoyé.
Votre demande de partage a bien été prise en compte.

Dans la même catégorie :

Nos conseils

5 manières de trouver un nom de groupe qui a la classe

Vous êtes au collège et montez votre premier groupe, vous lancez enfin votre projet perso après 5 ans de travail acharné, ...

188865 vues
Nos conseils

10 phrases à ne plus dire sur scène

Comme tous les spectacles, les concerts comportent leur lot de rituels ridicules ou non inhérents à chaque groupe. Mais s'il y a ...

86935 vues
Nos conseils

10 manières de virer son batteur en lui faisant croire que c'est lui qui part.

Le batteur est un animal étrange bien souvent considéré comme un mal nécessaire à la composition d'un groupe. ...

66513 vues
Nos conseils

10 manières de virer son bassiste en lui faisant croire que c'est lui qui part.

Le bassiste. Nul ne sait à quoi il sert, et pourtant, il est là, traînant ses guêtres autour de vous, errant comme un fantôme ...

53424 vues
Nos conseils

10 manières de virer son guitariste en lui faisant croire que c'est lui qui part.

Il est là, saturant l'espace de tout son ego sur-dimensionné, vandalisant chacun de vos morceaux de ses solos intempestifs. Vous ...

46501 vues

PUBLICITE

Suivez l'actualité du blog !

* champ requis

Saisissez le code figurant sur la carte de téléchargement que vous avez reçue pour obtenir vos fichiers gratuits. Bonne réception !


Catégories



Archives




Besoin d'aide pour configurer votre produit?
Contactez nous :

Par téléphone au : 02 99 92 89 05
Du Lundi au Vendredi de 9h à 18h.

Par email : Cliquez ici
Sur le site : Aide et FAQ

Les News du moment !

Imprime ton visuel sur 1 sweat capuche! Accéder au produit
Combo CD+vinyle, retrouvez les 2 supports dans un seul boîtier! Accéder au produit
Combo CD+vinyle, retrouvez les 2 supports dans un seul boîtier!

Un CD + un vinyle, vous en rêviez! Nous vous le proposons à partir de 250 exemplaires.

Lire la suite...

Partager cet article

X
Interview > Marc-Eric - AESCENE
"En France comme en Belgique, et peut-être plus largement en Europe, nous ne sommes pas habitués à faire des efforts financiers pour notre formation"