webleads-tracker

Newsletter

* champ requis

Interviews

Interview > Sarah Mokni - Reggae Sun Ska (20 ANS !) | Soulbeat Records


"Je nous revois en 2013, en train de faire tomber les pauvres arbres arrachés à coup de tronçonneuse, en train de débroussailler le camping, et quelques heures plus tard toute pimpantes, prêtes à accueillir tout ce beau monde !"

Un des plus gros rassemblements Reggae en Europe qui fête ses 20 ans, ça mérite d’être noté. ConfliktArts se joint à l’équipe du Reggae Sun Ska (mais aussi vous allez le voir d'autres structures "reggaeisantes") pour souffler les bougies, et interroge Sarah, sa dévouée attachée de presse, sur ce festival unique et le riche programme de 2015. 

 

Salut Sarah, peux-tu te présenter brièvement à nos lecteurs ?
Bonjour à tous, je suis Sarah donc attachée de presse pour le Reggae Sun Ska, et chargée de communication pour le label du festival qui s'appelle Soulbeats Records.

 

Peux-tu nous décrire précisément ton métier ?
Pour le volet attachée de presse, que ce soit pour le festival ou pour le label, je m'occupe de contacter la presse afin de faire parvenir à l'ensemble des journalistes les infos sur les festivals, et sur nos sorties d'albums. Je fais également en sorte que la presse parle de nous, playliste nos albums et parle de nos artistes. J'organise également les journées promotionnelles pour nos artistes autour des sorties d'albums, et m'occupe de l'espace presse du festival. Espace sur lequel nous recevons donc les journalistes, et organisons les conférences de presse avec les artistes programmés. Je fais également le lien entre la presse et les artistes pour que ces derniers puissent profiter de leur venue sur le festival pour avoir une couverture médiatique.

 

Le festival est intimement lié au travail de production de Music'Action et celui du label Soulbeats Records, les équipes sont-elles communes et comment s'articule le travail entre vous ?
Oui en effet, nous sommes en fait une structure nommée Music'Action GIE (pour Groupement d'Intérêt Économique) qui réunit les 3 structures. Il s'agit d'un modèle économique novateur et extrêmement intéressant, notamment pour le secteur musical puisque nous intervenons sur la stratégie à mettre en œuvre à 360°, c'est à dire à la fois sur les tournées des artistes que nous produisons, leurs sorties d'albums avec le label, et enfin la possibilité de leur offrir une belle exposition sur le Reggae Sun Ska.
Les équipes sont donc communes, principalement en ce qui concerne l'administratif et la communication. C'est ainsi que je suis attachée de presse à la fois pour le festival et le label, et que je m'occupe aussi de gérer la promo des artistes que nous avons en tournée et dont nous sortons les albums.

 

Ce sont donc les 20 ans (bon anniversaire !) de l'asso Reggae Sun Ska, en quoi vont consister les festivités ?
Oui merci, 20 ans c'est le bel âge comme on dit ! L'idée de cet anniversaire est de faire une rétrospective de l'ensemble de nos activités qui se sont montées autour du festival, accompagnant l'évolution de celui-ci.
Nous organisons donc plusieurs concerts en Gironde, avec 2 soirées phares le 13 février à Pessac - Salle Bellegrave, où 20 artistes viendront, en soutien au festival, se produire en sound system. Une autre soirée aura lieu le 20 février à Cissac Médoc, en Médoc donc qui est notre terre natale.
Et le 14 février se sont au total 5 concerts qui seront organisés depuis St Denis de Pile jusqu'à Bayonne au Pays Basque. Une réelle volonté d'être présent sur le territoire et de réunir le public autour de cet évènement, le tout en musique bien  sur !

 

 

A quels facteurs tient le fait de tenir si longtemps, pour un projet qui n'a pourtant aucune garantie de succès d'une année sur l'autre ?
Je pense que cela tient à plusieurs éléments. Tout d'abord, le Reggae Sun Ska est un festival à la fois de niche, puisque nous travaillons principalement sur du reggae, avec des artistes à la fois locaux et internationaux, mais il est aussi un festival populaire accueillant un public varié qui peut être à la fois fan de reggae, de world music, ou de Dub et de Dancehall. Le Reggae Sun Ska a cette capacité de réunir différents types de publics autour d'une esthétique qu'est la musique caribéenne, mais qui est très riche, englobant à la fois le roots, le dancehall, le dub ou encore le ska. Il est important pour nous de garder cette diversité et cette ouverture afin que tout le monde puisse s'y retrouver, mais aussi pour que les gens puissent découvrir de nouveaux artistes, de nouvelles esthétiques vers lesquels ils ne seraient peut être pas allés en temps normal...

 

En 20 ans, quelles sont les principales choses qui ont changé selon toi ?
Ce qui a surtout changé c'est la taille du festival, qui, comme je le disais plus haut, a rencontré d'année en année un succès de plus en plus important. Qui dit plus de public dit terrain plus grand, infrastructures plus importantes, moyens techniques également plus denses. Le festival a changé 7 fois de ville et 10 fois de site, de par cette augmentation de fréquentation, et à chaque fois il a fallu s'adapter à un nouveau cadre. Mais l'esprit de fond n'a pas changé, les équipes et les objectifs non plus.
Depuis 20 ans nous avons aussi eu la chance de pouvoir développer des activités annexes au festival qui sont aujourd'hui devenues de vraies entreprises, parmi elles MAPROD pour les tournées et concerts donc, et le label indépendant Soulbeats Records pour la production et la promotion d'albums. Un bon bout de chemin a donc été parcouru !

 

 

Quelles sont les raisons qui ont poussé le festival à migrer de Pauillac  à Pessac, à quelques kilomètres de là ?
Il y a eu plusieurs raisons à ce nouveau déménagement. En 2013 une violente tempête à ravagé le site de Pauillac sur lequel nous étions depuis 3 ans, une semaine avant l'ouverture du festival. Le camping a été dévasté et tous les arbres sont tombés. Le site lui même a été très touché, et la plupart des infrastructures qui avaient déjà été montées étaient à terre. Un travail de titan a donc été lancé le lendemain avec toute l'équipe bien sur, mais aussi de nombreux bénévoles et de nombreux amis du Reggae Sun Ska qui heureusement sont venus nous prêter main forte. C'est ainsi que le vendredi nous étions prêts pour l'ouverture des portes. Malheureusement une alerte orange a été annoncée, et la préfecture, ne voulant prendre aucun risque, nous a interdit d'ouvrir. Bref nous nous sommes retrouvés le vendredi avec des milliers de festivaliers à évacuer, et à rembourser, des dizaines d'artistes qui avaient fait le déplacement ... pour finalement ne pas jouer. Tous ces évènements ont bien sur provoqué de nombreuses pertes financières, mais nous ont aussi montré à quel point le site de Pauillac n'était plus en mesure d'accueillir autant de monde en toute sécurité. Au moment où nous étions à la recherche de solutions pour pouvoir repartir en 2014, la CUB (Communauté Urbaine de Bordeaux) nous a proposé le campus universitaire de Bordeaux qui nous est apparu comme notre dernière chance. Mais une chance extraordinaire puisque, nous avons pu le constater en 2014, ce site est tout à fait apte à accueillir un festival de l'envergure du Reggae Sun Ska, que ce soit en terme d'accueil, d'accessibilité ou de sécurité.

 

Et y a-t-il des choses qui restent telles qu'elles étaient au premier jour ? 
Bien sur ! L'esprit du Reggae Sun Ska n'a pas pris une ride, il reste un festival ouvert sur le monde, simple, très pointilleux et innovant en terme de programmation. C'est aussi un moment de fête et de réunion, un moment de détente au beau milieu de l'été où musique, fête et rencontres sont les maîtres mots !

 

 

Vous êtes particulièrement bien suivis sur les réseaux sociaux, à quoi est du cet engouement ? Le fan de reggae est il plus sensible a ces médias ou faites vous un travail particulier pour atteindre de tels niveaux ?
Nous sommes un festival de niche comme on dit, qui parle donc à des amateurs de reggae, et qui se retrouvent complètement dans la programmation du festival. Ce public est vraiment désireux d'informations, de nouveautés / découvertes musicales, et comme le reggae est malheureusement très peu diffusé sur les médias mainstream, ils se réfugient sur les réseaux sociaux, et autres sites internet spécialisés pour suivre l'actualité de ce courant musical. Après il est clair qu'internet et les réseaux sociaux sont devenus des outils de communication primordiaux, que ce soit d'ailleurs pour le festival, la boîte de prod ou le label ! La toile est un endroit où nous pouvons interagir directement avec notre public, avec les gens qui nous suivent et qui s'intéressent à notre travail. C'est devenu un lieu d'échange riche et animé !

 

L'implantation de ce fleuron du reggae hexagonal s'est faite en Gironde, est-ce car c'est une région particulièrement reggae ou plutôt une histoire de circonstances ?
Oh je crois que c'est plutôt une histoire de circonstances ... L'histoire d'une bande de potes passionnés par la musique, et le reggae bien sur, qui a décidé de faire bouger son territoire, le Médoc en l'occurrence grâce aux musiques actuelles. Et qui a trouvé un large écho puisque de nombreuses mairies ont accueilli le festival, et que la fréquentation n'a cessé d'augmenté depuis 18 ans maintenant ...

 

Aurais-tu une anecdote particulière liée au festival à nous faire partager ?
Je pourrais vous en raconter des tas ! Mais la première qui me revient s'est déroulée en août 2013, après que la tempête ait ravagé le site. Je nous revois, nous, le service comm, censé accueillir la presse, les artistes, bref censé être en grandes pompes, en train de faire tomber les pauvres arbres arrachés à coup de tronçonneuse, en train de débroussailler le camping, et de nous revoir quelques heures plus tard toute pimpantes, prêtes à accueillir tout ce beau monde ! Ce fut sportif et difficile, mais qu'est ce qu'on en rigole aujourd'hui...

 

 

Si tu pouvais accueillir sur le prochain Reggae Sun Ska n'importe quel groupe vivant ou mort, lequel ce serait ?
Je rêverai d'accueillir Inner Circle qui a été le premier groupe de reggae que j'ai écouté ! Malheureusement leur chanteur Jacob Miller n'est plus ... Mais ce serait tout de même un honneur ... Petite pensée à ma collègue qui rêve de voir venir Burning Spear ... Comme beaucoup d'entre nous bien sur !

 

Si tu devais t'exiler sur une planète qui ne connait pas la musique avec un album, ce serait lequel?
Toujours avec Inner Circle et leur album Bad to The Bone sorti en 1992 il me semble ... Mon tout premier disque ... Indémodable !

 

Et enfin, pourrais-tu nous faire partager tes deux dernières tartes musicales, sur album et en live ?
Difficile cette dernière question !!
Pour l'album, je ne vais pas vous paraitre objective, mais le dernier Black Roots, GHETTO FEEL que nous avons sorti fin 2014 avec Soulbeats Records, est une pure merveille de roots à l'anglaise, et qui prouve que la vieille génération est loin d'être éteinte ...
Pour le live je crois que je pencherai pour Midnite que j'ai vu dans une salle à Bordeaux, ambiance unique, mystique et un son complètement hypnotique !! A voir absolument au moins une fois dans sa vie !

 

 

 

La suite sur le web : 

 

> Site

> Facebook

> Billetterie

 



* champ requis


Les premiers concerts de 25 groupes de légende 30 trucs pour savoir si vous êtes un musicien créatif…ou pas. >

Partager
Sur le blog Confliktarts.com : Interview > Sarah Mokni - Reggae Sun Ska (20 ANS !) | Soulbeat Records
Bonjour, J'ai trouvé cet article sur le site de Conflikt arts et je pense qu'il peut t'intéresser : http://www.confliktarts.com/fr/blog/497/interview-sarah-mokni-reggae-sun-ska-20-ans-soulbeat-records A bientot
Votre demande de partage sur Conflikt Arts
Bonjour,<br /><br />Votre demande de partage a bien été prise en compte.<br />L'article : http://www.confliktarts.com/fr/blog/497/interview-sarah-mokni-reggae-sun-ska-20-ans-soulbeat-records a été envoyé.
Votre demande de partage a bien été prise en compte.

Dans la même catégorie :

Nos conseils

5 manières de trouver un nom de groupe qui a la classe

Vous êtes au collège et montez votre premier groupe, vous lancez enfin votre projet perso après 5 ans de travail acharné, ...

166207 vues
Nos conseils

10 phrases à ne plus dire sur scène

Comme tous les spectacles, les concerts comportent leur lot de rituels ridicules ou non inhérents à chaque groupe. Mais s'il y a ...

86026 vues
Nos conseils

10 manières de virer son batteur en lui faisant croire que c'est lui qui part.

Le batteur est un animal étrange bien souvent considéré comme un mal nécessaire à la composition d'un groupe. ...

66062 vues
Nos conseils

10 manières de virer son bassiste en lui faisant croire que c'est lui qui part.

Le bassiste. Nul ne sait à quoi il sert, et pourtant, il est là, traînant ses guêtres autour de vous, errant comme un fantôme ...

52994 vues
Nos conseils

10 manières de virer son guitariste en lui faisant croire que c'est lui qui part.

Il est là, saturant l'espace de tout son ego sur-dimensionné, vandalisant chacun de vos morceaux de ses solos intempestifs. Vous ...

46091 vues

PUBLICITE

Suivez l'actualité du blog !

* champ requis

Saisissez le code figurant sur la carte de téléchargement que vous avez reçue pour obtenir vos fichiers gratuits. Bonne réception !


Catégories



Archives




Besoin d'aide pour configurer votre produit?
Contactez nous :

Par téléphone au : 02 99 92 89 05
Du Lundi au Vendredi de 9h à 18h.

Par email : Cliquez ici
Sur le site : Aide et FAQ

Les News du moment !

Imprime ton visuel sur 1 sweat capuche! Accéder au produit
7'', 10'' ou 12''... retrouvez toutes les possibiltités ICI! Accéder au produit
7'', 10'' ou 12''... retrouvez toutes les possibiltités ICI!

Vinyle 33/45t (7"/10"/12"), pochette simple, Gatefold ou même combo CD+Vinyle...

Lire la suite...
Pressage CD tous types de boîtiers ! Accéder au produit
Pressage CD tous types de boîtiers !

Découvrez un large choix de boîtiers et finitions pour votre Pressage CD !

Lire la suite...

Partager cet article

X
Interview > Sarah Mokni - Reggae Sun Ska (20 ANS !) | Soulbeat Records
"Je nous revois en 2013, en train de faire tomber les pauvres arbres arrachés à coup de tronçonneuse, en train de débroussailler le camping, et quelques heures plus tard toute pimpantes, prêtes à accueillir tout ce beau monde !"