webleads-tracker

Newsletter

* champ requis

Interviews

Interview >  Mallis - Président de la Grosse Radio


"Si ça nous plaît, on le passe, que ça sorte d'Abbey Road Studios ou du home studio du voisin du dessous"

A la Grosse Radio on ne badine pas avec l'indépendance. À l'heure ou peu de médias le sont complètement, c'est une belle source d'inspiration de savoir que certaines radios ont une vraie liberté de ton et de programmation. Celle-ci est avant ou tout incarnée par Mallis, le boss de la sation, qui nous fait découvrir ce qui se cache sous ces grosses ondes.

 

 

Salut Mallis, peux-tu te présenter à nos lecteurs en quelques mots ?



Bonjour, quadra, radio, musique, indépendance, militant, marre de la fm, rock, metal et reggae !

 



Peux-tu nous décrire ce qu'est  la Grosse Radio pour ceux qui ne connaitraient pas le bébé ?



La Grosse Radio est une association fondée en 2003 qui édite un bouquet de webradios et un site internet de type webzine associé à une plateforme d'accueil des musiciens qui souhaitent nous proposer leurs œuvres. Nos radios comme notre site se déclinent en trois univers, rock, metal et reggae.

 La Grosse Radio est née d'un double constat. Celui que la radio en général devenait de plus en plus formatée, lisse, sage et sans surprise, ce qui, pour un passionné de radio est insupportable, et, d'autre part, que la place réservée aux nouveaux talents était de plus en plus réduite, voire même insignifiante, ce qui, pour un musicien, même très amateur, est également insupportable. L'idée étant de concilier l'expérience acquise dans la profession depuis 1981 tout en gardant cet esprit libre. 
Nous proposons donc trois webradios et leurs webzines associés et les plateformes de propositions d’œuvres pour nos playlists.




 

Vous proposez en effet trois "canaux" différente, Rock, Reggae et Metal, pourquoi ces trois là et à quand d'autres styles ?



A l'origine, La Grosse Radio n'était qu'un seul et même canal, nous avions choisi naturellement que ce soit un programme rock, tout simplement parce que c'est le style de musique qui nous plait le plus, qui est large et pas si bien représenté que ça sur la FM. Sur cette antenne nous avons consacré une émission hebdomadaire au metal (avec des invités en direct) et une reggae dans les mêmes conditions. Quand nous avons réfléchi à l'ouverture de canaux supplémentaires, c'est tout naturellement que les deux producteurs de ces émissions ont eu l'envie de consacrer ces nouveaux canaux à ces styles musicaux qu'ils promouvaient déjà.
Le metal, comme le reggae, sont deux courants issus du rock. Les frontières rock/metal et rock/reggae sont même parfaitement floues sur certains projets. Nous considérons qu'un bouquet rock/metal/reggae est cohérent. Cohérent avec nos valeurs et nos goûts musicaux puisque notre équipe réunit, depuis les débuts, des passionnés de ces trois genres.
Nous avons un quatrième canal en projet. Il s'agira d'un programme beaucoup plus relaxe qui devrait bien compléter notre offre. La programmation musicale est quasiment terminée, les habillages sont bien avancés, le nom est trouvé et déposé... Encore un peu de patience et vous pourrez le découvrir.



 

Le projet a plus de dix ans, as-tu des regrets par rapport à certaines choses, et d'autres que tu voudrais absolument améliorer ?



Des regrets on en a toujours plus ou moins. Même en étant très sincère dans chaque prise de décision et convaincu qu'on fait le meilleur choix à un instant T, il peut arriver qu'on puisse être maladroit avec des collaborateurs, tout simplement parce qu'on a tous la tête dans le guidon et surtout parce qu'on collabore tous à La Grosse Radio à distance, chacun chez soi. Du coup on communique surtout par écrit. Donc oui, les seuls regrets que je peux avoir concernant La Grosse Radio c'est d'avoir pu faire de la peine à certains collaborateurs  sans le comprendre à l'époque.
C'est pour cela que je fais maintenant beaucoup plus attention à ce genre de choses. D'ailleurs le bureau de l'association a été constitué autour de personnes qui sont très attachées à l'aspect humain.
Nous sommes, à l'heure où j'écris ces lignes, plus d'une centaine de bénévoles à travailler chaque jour pour La Grosse Radio, je pense que l'esprit d'équipe que nous avons y est pour beaucoup.
Aucun regret, par contre, avec nos prises de positions, parfois féroces, vis à vis du milieu FM ou des "barons" installés dans le milieu musical. Nous n'avons aucune pression financière puisque nous sommes une association et que nos besoins sont plutôt modestes. Nous sommes conscients qu'une entreprise n'a pas la même liberté et nous en usons et abusons. C'est aussi pour tous ceux qui ne peuvent pas exprimer les choses que nous nous retrouvons régulièrement à publier des billets d'humeur dont on peut nous reprocher parfois le ton. Mais nous veillons toujours à ce que ce ton, s'il est quelque fois mordant, ne soit jamais agressif et que les faits exposés soient toujours vrais et vérifiés. Simplement, certains acteurs de ce petit microcosme n'ont peut-être plus l'habitude que les choses soient exprimées franchement et surtout publiquement.



Comment et de quoi vit l'association ?



L'association vit, disons qu'elle s'autofinance. Nous avons recours à la publicité de manière raisonnée. C'est surtout notre site internet et son énorme contenu qui génère des affichages publicitaires rémunérateurs. Nous n'avons pas recours aux publicités agressives ou intrusives et nous éliminons sans délai les annonceurs qui nous paraissent peu scrupuleux.  En un mot, on vit de quoi ? De la publicité vendue en direct ou par des régies partenaires. C'est ce qui nous permet de protéger cette indépendance à laquelle nous tenons tant.



 

Par quoi se traduit l'indépendance que vous mettez en avant, alors que ce mot est de plus en plus galvaudé dans le secteur musical ?



Le seul moyen de rester fidèle à ses convictions et à ses caps, quand on est un grain de sable dans un univers aussi vaste qu'Internet, c'est d'être indépendant. C'est-à-dire de ne dépendre de personne d'autres que de nous mêmes. Cela se traduit de plusieurs manières. Côté technique, c'est très simple, tout se fait en interne, le site, les interfaces de travail, la gestion de nos serveurs dédiés et j'en passe. Côté antenne, idem, tous les habillages sont fabriqués par nos soins pour ne pas ressembler à ce qu'on pourrait entendre ailleurs si on les achetait à des studios qui seraient dans nos moyens. Côté contenu, tout est produit par nous mêmes, notamment tous les articles du site qui sont entièrement rédigés par des chroniqueurs de La Grosse Radio. En bref, nous nous faisons un point d'honneur à ne jamais passer par des tiers et à maîtriser chaque aspect, de A à Z.

 Cette indépendance à deux vertus majeures.
 La première est qu'on peut dire ce qu'on veut, quand on veut et ça, surtout à notre époque, ça a une valeur inestimable. Les médias appartiennent quasiment tous à des grands groupes industriels ou financiers (et, oui, cela concerne aussi les réseaux webradios), et donc à des groupes dont les buts premiers sont les bénéfices, les dividendes, les objectifs, la rentabilité. Ce n'est pas compatible avec l'artistique, en tous cas de notre point de vue.
 La seconde est que du coup, nous sommes 100% libres de nos programmations musicales, nous ne répondons à aucune exigence extérieure. On aime on passe, on n'aime pas on casse disait un des tous premiers jingles de La Grosse Radio. C'est un peu dur et provocateur, mais c'est toujours comme ça.
 Si un groupe qu'on a toujours trouvé mauvais sort une perle demain, on sera les premiers à le dire et à l'inverse, si un groupe qu'on vénère nous sort un album décevant, de la même manière on le dira. 



 

 

 

Vous mettez en avant l'idée de "Militer pour la cause des artistes", qu'entendez-vous par là ?



Ca c'est l'ADN de La Grosse Radio. On considère la musique par ce qu'elle nous envoie par elle-même. Quand on reçoit un disque, la première chose qu'on fait est de l'insérer dans le lecteur, pas de regarder d'où ça vient ou qui l'a produit. Si ça nous plaît, on le passe, que ça sorte d'Abbey Road Studios ou du home studio du voisin du dessous. Nos playlists proposent des programmes musicaux constitués de titres très actuels, de légendes, de titres indémodables et de nouveaux talents ou d'artistes indépendants ou autoproduits. Les artistes les plus connus tirant les audiences vers le haut pour en faire profiter les moins médiatisés. C'est bien ce mélange artistes établis / découvertes, cet équilibre délicat, qui fait la signature de nos trois radios.
 Militer pour la cause des artistes, c'est non seulement diffuser ces programmes ou écrire des articles les concernant, mais aussi de publier des articles sur des sujets qui les intéressent (droits d'auteur par exemple). On a par moment une sorte de rôle de porte-parole parce qu'on s'est débrouillés pour avoir le pouvoir de l'ouvrir.
Quand vous êtes artistes vous devez faire attention à ne fâcher personne pour ne pas risquer d'être blacklistés ? Nous on peut. On s'en fout, on est indépendant et on aime ça.




Tu as dit par le passé que "Contrairement à ce que voudrait nous faire croire les FM commerciales, la soupe ne fait pas grandir", est-ce à dire qu'une programmation dite indépendante est forcément un gage de qualité ?



Non pas forcément, on peut être indépendant et proposer des programmes de piètre qualité, il en existe beaucoup d'ailleurs ! On devrait pouvoir aussi proposer des programmes de grande qualité en étant dans une structure commerciale, c'est une question de curseur, d'éthique et de priorités. Ce que je veux dire avec cette phrase hautement philosophique que vous reprenez ici, c'est que malheureusement les grandes radios commerciales ne diffusent quasiment que de la soupe, et que ça a pour conséquence de ne plus donner envie aux auditeurs d'être curieux, de chercher, de découvrir et de dénicher des univers différents. Du coup tout tourne en boucle autour d'une quantité de disques insignifiante (le fameux "top 40"), on ne joue que ce qu'on veut vendre, sans prendre aucun risque.




 

L'idée à La Grosse Radio est de permettre aux artistes autoproduits d'être intégrés en playlist grâce aux votes des auditeurs et d'un comité d'écoute appelé « Le Gromité », peux-tu nous dire en quoi ça consiste ?



C'est tout simple, un artiste vient sur notre site, il rempli son formulaire et dépose un titre qu'il voudrait que nous diffusions en playlist. Deux équipes votent pour ou contre. Une est constituée par le public. L'autre par un comité d'écoute de La Grosse Radio - appelé effectivement le "gromité". Si les votes atteignent les 70% de "pour" dans chacune de ces deux équipes, le titre entre en playlist, automatiquement, qu'il nous plaise ou non.
 Ce système nous est venu en 2006 alors que nous étions submergés de courriers et de mails de demandes. Nous ne pouvions pas tout traiter. Alors nous avons imaginé une interface (l'antenne interactive) qui nous aiderait à ne laisser personne sans réponse, une interface qui donnerait une chance aux artistes sans que le choix de diffusion ne revienne qu'à une seule personne, le programmateur.



 

Écoutez-vous tout ce qu'on vous envoie et comment sont fait les choix ?



Indépendamment de ce qui nous est proposé par l'antenne interactive nous recevons énormément de disques de la part des labels, attachés de presse et des artistes. Ca c'est du boulot et je mentirais si je disais qu'on écoute vraiment tout tout tout. On essaie, mais bon : un album ça dure une bonne heure, alors on survole, on sélectionne, on transmets aux chroniqueurs qui écouteront très attentivement. On fait le maximum de ce qu'on peut faire, et je pense que c'est souvent bien plus que ce qui est fait ailleurs la plupart du temps. 




 

Avez-vous (les moyens ?) de savoir qui et combien de personnes écoutent la radio j'imagine que c'était le sens de la question ?



Qui ? Pas vraiment, on peut savoir d'où et comment ils nous écoutent mais c'est à peu près tout. En revanche, combien, ça oui on sait précisément : nous sommes adhérents à L'OJD, organisme de certification d'audience. Nos trois canaux sont les plus écoutés chacun dans leur thématique, de toutes les radios auditées par l'OJD (ce qui représente quand même plus de onze mille radios). Le bouquet de La Grosse Radio, a, par exemple sur le mois d'août dernier, comptabilisé 1.556.827 écoutes actives, c'est à dire le nombre d'auditeurs qui ont écouté La Grosse Radio plus de 30 secondes (ce qui exclut les écoutes insignifiantes de quelques secondes. Et si vous voulez savoir, c'est 400.000 sessions actives de plus qu'il y a un an, en août 2014.

 




Si tu devais t'exiler sur une planète qui ne connaît pas la musique avec un album, ce serait lequel?



Très certainement un album de Porcupine Tree, je suis un dingue de Steven Wilson qui sait allier la mélodie et l'émotion à une musique pointue tout en étant incroyablement accessible. Ce mec est un grand, il remplit des salles dans le monde entier sans être diffusé par la radio, à part quelques unes, comme La Grosse Radio.

 



Et on conclut comme d'hab en te demandant les deux dernières tartes musicales que tu as découvertes, sur album et en live ?



Ma dernière tarte c'est sans conteste le dernier No One Is Innocent : "Propaganda" (sorti en partenariat avec la Grosse Radio ceci dit en passant, on peut être indépendant et ne pas perdre le nord lol). Cet album est grandiose, 20 ans après "La Peau" le ton monte encore et Kemar nous a pondu quelques textes assez terribles, hyper bien ficelés et fortement utiles pour faire passer un message plus que nécessaire.

 9/10 par notre rédaction rock. Et toujours avec cet esprit d'équilibre entre les artistes connus et les émergents, ma dernière claque indé se cache chez Dry Can qui nous a sorti un "Meanwhile" très riche.
 Un groupe qui allie le chaud et le froid, le rock doux ou hargneux, toujours mélodique avec des arrangements absolument magnifiques.

 9/10 par notre rédaction rock également. On m'a demandé deux claques, les voici, mais des claques on en prend beaucoup, souvent, pardon pour cette sélection ultra subjective ! Mais nous publions chaque jour des articles sur des groupes qui méritent l'attention, il suffit de visiter notre site pour s'en rendre compte.

 Merci à Confliktarts pour cette mise en lumière de notre travail et de notre passion, bienvenue à vos internautes qui auront eu envie de venir faire un tour par chez nous à la lecture de cette interview !

 

 

 

LA SUITE SUR LE WEB :

Site / Facebook / Twitter / Youtube / Soundcloud

 



* champ requis


Huit trucs pour vendre du merchandising de votre groupe à Noël Interview > Andy Balcon & Dave Crowe - Heymoonshaker >

Partager
Sur le blog Confliktarts.com : Interview >  Mallis - Président de la Grosse Radio
Bonjour, J'ai trouvé cet article sur le site de Conflikt arts et je pense qu'il peut t'intéresser : http://www.confliktarts.com/fr/blog/556/interview-mallis-president-de-la-grosse-radio A bientot
Votre demande de partage sur Conflikt Arts
Bonjour,<br /><br />Votre demande de partage a bien été prise en compte.<br />L'article : http://www.confliktarts.com/fr/blog/556/interview-mallis-president-de-la-grosse-radio a été envoyé.
Votre demande de partage a bien été prise en compte.

Dans la même catégorie :

Nos conseils

5 manières de trouver un nom de groupe qui a la classe

Vous êtes au collège et montez votre premier groupe, vous lancez enfin votre projet perso après 5 ans de travail acharné, ...

165422 vues
Nos conseils

10 phrases à ne plus dire sur scène

Comme tous les spectacles, les concerts comportent leur lot de rituels ridicules ou non inhérents à chaque groupe. Mais s'il y a ...

86019 vues
Nos conseils

10 manières de virer son batteur en lui faisant croire que c'est lui qui part.

Le batteur est un animal étrange bien souvent considéré comme un mal nécessaire à la composition d'un groupe. ...

66052 vues
Nos conseils

10 manières de virer son bassiste en lui faisant croire que c'est lui qui part.

Le bassiste. Nul ne sait à quoi il sert, et pourtant, il est là, traînant ses guêtres autour de vous, errant comme un fantôme ...

52983 vues
Nos conseils

10 manières de virer son guitariste en lui faisant croire que c'est lui qui part.

Il est là, saturant l'espace de tout son ego sur-dimensionné, vandalisant chacun de vos morceaux de ses solos intempestifs. Vous ...

46082 vues

PUBLICITE

Suivez l'actualité du blog !

* champ requis

Saisissez le code figurant sur la carte de téléchargement que vous avez reçue pour obtenir vos fichiers gratuits. Bonne réception !


Catégories



Archives




Besoin d'aide pour configurer votre produit?
Contactez nous :

Par téléphone au : 02 99 92 89 05
Du Lundi au Vendredi de 9h à 18h.

Par email : Cliquez ici
Sur le site : Aide et FAQ

Les News du moment !

Pressage Vinyle 12" 33T Accéder au produit
Pressage Vinyle 12" 33T

Découvrez un large choix d'options pour votre Pressage Vinyle !

Lire la suite...
Pressage CD Pochette Carton Accéder au produit
Pressage CD Pochette Carton

Découvrez un large choix d'options pour votre Pressage CD !

Lire la suite...

Partager cet article

X
Interview >  Mallis - Président de la Grosse Radio
"Si ça nous plaît, on le passe, que ça sorte d'Abbey Road Studios ou du home studio du voisin du dessous"