webleads-tracker

Newsletter

* champ requis

Interviews

Interview Aurélien Jobard > Programmation Concerts Supersonic


"Tous les matins c’est noël quand j’ouvre mes mails et et que je découvre une tonne de nouveaux projets à écouter"

Certes il arrive malheureusement que des cafés concerts ferment, cependant il s'en ouvre aussi, et c'est toujours une bonne nouvelle. Au coeur de la capitale, une équipe de motivés a lancé depuis quelques mois le Supersonic, un lieu dans lequel on peut venir écouter des groupes triés sur le volet par Aurélien, le tout sans payer d'entrée et dans de bonnes conditions d'écoute. Le programmateur du lieu nous explique ci-dessous comment marche l'affaire, et son enthousiasme fait plaisir à lire.

 

 

Salut Aurélien, peux-tu te présenter brièvement à nos lecteurs?

Aurélien, 23 ans actif depuis 2012 dans l’organisation de concerts à Paris avec l’association Jaam Sono que j’ai crée à la Fac et avec laquelle on a fait pas mal de dates dans les caves parisiennes. De 2013 à juillet 2015, on s’est retrouvés au micro Buzz de Belleville, deux belles années de galères, de folies et de coups de coeur qui m’ont véritablement formé professionnellement. Après l’arrêt du Buzz en juillet, j’ai été contacté par les nouveaux gérants de l’OPA pour travailler sur la programmation musicale du lieu et préparer l’ouverture du Supersonic. Du coup je suis en charge de toute la partie concert du lieu.

 

Combien de personnes sont impliquées dans le café concert ? Toutes ces personnes vivent-elles de cette activité ?  

On est 4 à composer le “bureau”. Hadrien le directeur qui est notre “boss” de tous les jours et qui est quasiment non stop sur le terrain. Cecilia, qui vient de l’Espace B, est à la communication. Et Romain qui nous a récemment rejoint en stage longue durée et qui s’occupe de la production et m’assiste sur la programmation.

On a ensuite l’autre Hadrien qui me suit depuis le début de l’aventure Jaam Sono et qui est le régisseur technique du Supersonic, j’ai une confiance “sourde” et aveugle en lui vu que je bosse avec lui depuis mes tout débuts dans ce milieu.

On a ensuite les barmens, la sécu, Olivier (un ancien de Jaam aussi) qui s’occupe de l’accueil du public en semaine et David notre patron et propriétaire du Supersonic. On en vit, mais en cumulant d’autres projets pour la plupart, bien que le Supersonic soit notre activité principale.


 

On entend souvent que les lieux de diffusion, surtout indés, sont de plus en plus rares, et pourtant vous vous êtes tout récemment lancés, est-ce par pure passion, intérêt stratégique ou y a-t-il également une forme de militantisme ?
Personnellement je suis toujours habité par cette petite flamme et je continuerai tant que je l’ai. Tous les matins c’est noël quand j’ouvre mes mails et mon facebook et que je découvre une tonne de nouveaux projets à écouter. Après il faut savoir garder la tête sur les épaules, comprendre la complexité d’un lieu comme le Supersonic à Paris, avec son économie de bar qui sert celle du concert. Démocratiser le concert, pour moi c’est du militantisme et c’est ce qu’on fait.

 

Quoiqu'on pense du nombre de lieux de diffusions, la concurrence en terme d'offre de concerts à Paris est assez redoutable, dans quelle mesure t'intéresses-tu à ce qui se programme "en face" ?

Déjà je ne trouve pas qu’il y ait forcement une grosse concurrence à Paris. Les lieux de diffusions qui ont un véritable projet à Paris se comptent sur les doigts d’une main. Il n’y a donc pas de concurrence avec les autres lieux mais plutôt une sorte de recherche de cohésion, chacun a sa place, ses qualités, ses défauts, son esthétique. C’est toujours un plaisir d’aller voir les copains à Petit Bain, à l’Espace B ou à la Mécanique Ondulatoire. Il y a une sorte de respect entre toute cette petite scène. On bataille de temps en temps pour récupérer les groupes ou orgas que tout le monde veut mais au final que ce soit chez nous ou chez l’autre on se retrouve toujours à boire des bières ensemble. Après sur le Supersonic, on est sur un créneau avec une entrée gratuite et ça pour le coup, il n'y en a pas (ou plus) beaucoup à Paris.

 

Le lieu est donc tout jeune, y a-t-il des objectifs tant en termes artistiques que de fréquentation ?

En termes artistiques le projet se met en route, j'espère trouver mon rythme de croisière d’ici mai avec pas mal de têtes d’affiches, des afters show et surtout développer le projet de résidence et d’accompagnement d’artistes qu’on commence à mettre en place. On essaie d’aller plus loin que la simple salle de concert, que du bar ou du simple club. J’aimerais bien également tester une nouvelle forme de club d’avantage tourné vers le live et moins par le DJset. En terme de fréquentation notre économie est ultra fragile avec le parti pris des tarifs du bar corrects et d’une entrée gratuite.

Notre système fonctionne si le lieu est rempli, à moi de trouver du coup le bon équilibre avec ma ligne artistique en se positionnant sur des groupes émergeant certes mais qui ont une notoriété. On a une capacité de plus de 250 places, vu notre fonctionnement et notre emplacement c’est au final pas si dur à remplir surtout qu’on est qu’au début de cette aventure.

 

 

De nombreux groupes débutants ou en développement s'interrogent sur les cachets qu'ils peuvent espérer à jouer dans des lieux intermédiaires comme le votre, quelle est votre politique à ce niveau ?  

Chaque groupe jouant au Supersonic est quoi qu’il arrive payé, ce n’est certes pas suffisant pour pouvoir faire des cachets, mais nous avons au moins le mérite de proposer une petite enveloppe fixe et surtout de faire un énorme effort sur les conditions d’accueil des groupes au Supersonic, qui est pour moi bien plus important que n’importe quelle somme d’argent que nous pouvons donner. Nous n’avons pas pour vocation de professionnaliser les artistes pour leur donner leurs intermittences et nous n’en avons de toutes façons pas les moyens. Il est important que des structures comme la notre proposent plus qu’une simple scène, aujourd’hui faire de la musique est un luxe très cher, tu dois payer tes instruments, tes répètes, tes pressages de disques, parfois même tes tournées, … Tu ne peux pas financer tout ça en jouant dans des bars toutes les semaines, c’est pour cela que nous réfléchissons vraiment à notre plus value, à ce que nous pouvons apporter en plus. Nous essayons de donner un véritable soutien matériel plus que financier en mettant en place des résidences, en enregistrant les concerts des groupes qui le veulent, en développant des partenariats avec des studios de répétitions,... Il y a plein de trucs à faire pour aider les groupes, n’oublions pas que la musique c’est avant tout une histoire de synergie, de contexte, d’envie et de passion, il faut donc se donner tous les moyens pour que ces facteurs marchent, c’est bien plus important que le montant du cachet par groupe au final.

 

Quels sont les meilleurs conseils à donner aux groupes pour pouvoir intégrer ta programmation ?

Le meilleur conseil c’est avant tout de s'intéresser à la programmation du lieu et de venir écouter des concerts au préalable. Certes notre esthétique musicale est variée mais il est important de comprendre où je veux aller dans le projet artistique du Supersonic pour qu’on puisse s’accompagner mutuellement vers ce que nous voulons faire de la scène française. Après je ne programme jamais ou presque des artistes qu’on ne peut pas écouter. Il faut au minimum un petit EP ou une bonne démo qui va nous permettre de communiquer car on ne peut pas compter uniquement sur le public des groupes.

Il n’y a pas de critères de sélection pour jouer au Supersonic je suis assez ouvert au final même s’il n’y aura pas de métal, de hip hop ou de chansons. Le lieu impose lui même son propre style, il a une configuration atypique et le fait de mélanger bar, club et salle de concert, le tout à entrée gratuite amène donc à penser d’une certaine façon les choses. Il faut que ma programmation soit cohérente, qu’on comprenne pourquoi tel groupe joue chez nous et pourquoi pas celui là, pour que le public s’y retrouve.

 

Quel est le plus excitant et le plus redoutable à gérer dans un tel lieu selon toi ?

Le plus excitant c’est de se dire que tu fais partie d’une scène. Que tu contribues à l'émergence de projets et que tu accélères le processus de “popularisation” des musiques que tu aimes. Le plus dur est de garder toujours une oreille à l’extérieur du Supersonic, de suivre l’actualité musicale et de s’inscrire dans un contexte de façon à rester à la fois alternatif et intéressant tout en étant dans l’air du temps, il faut surfer sur ce paradoxe et c’est ce qui fait la force de la scène indépendante en général. Le plus redoutable n’est pas d’être à niveau mais de le rester, tu peux passer des mois à développer un projet mais en une erreur tu repars à zéro. Pour résumer, il faut se mettre une bonne pression tout en gardant la tête sur les épaule.

 

Comment imagines-tu le futur du Supersonic ?

On essaie d’avoir une vision très longue sur le Supersonic et de penser le projet sur plusieurs années pour qu’il s’inscrive sur le long terme. Dans les mois qui viennent on va essayer de travailler pour développer une véritable image du lieu, qu’il ait l’aura qu’il mérite. Ce lieu est aujourd’hui mon principal outil de travail, un lieu d’expression et surtout une énorme cours de récréation pour moi, le but c’est que ça le reste. Il faut que le Supersonic devienne une référence à Paris voir en France.

 

 

Que conseillerais-tu à ceux qui souhaitent monter un vrai café concert ailleurs en France ?

De se fixer un cap et de s’y tenir. De créer un réseau en dehors de la région avec des structures similaires et localement avec des médias, orgas, festivals, structures du spectacle vivant... Essayer de ne pas proposer ce que les autres proposent et se démarquer. Le plus important est de se mettre à la place des groupes et de se demander vraiment de quoi ils ont besoin et foncer dans cette direction. Ce n’est pas forcement facile de jouer et de faire de la musique comme ce n’est pas facile de tenir un café concert, le but c’est vraiment de concilier les deux et que jamais l’un ne prenne le dessus sur l’autre, tout le monde doit avancer dans la même direction.

 

Si tu pouvais accueillir n'importe quel groupe vivant ou mort au Supersonic, lequel ce serait ?

Dure question… J’ai beaucoup de groupes que j’aimerais faire jouer au Supersonic à commencer par Nine Inch Nails ou Slowdive. Après le problème, c’est que je n'exclus pas un jour de le faire (rires), et j’ai tendance à être têtu, donc quand je veux quelque chose je me bats pour l’avoir, sans lâcher prise. Dans le plus probable j’adorerais faire une boom un dimanche après midi avec Soko.

A titre d’exemple un des gros rêve avec Jaam Sono était de faire A Place To Bury Strangers, après 4 ans de harcèlement j’y suis arrivé et ça s’est fêté le 21 Mars à Petit Bain pour un des meilleurs souvenirs de ma vie.

 

Si tu devais t'exiler sur une planète qui ne connaît pas la musique avec un album, ce serait lequel?

Dure question encore. Sûrement Mezzanine de Massive Attack ou l’album monstrueux de Fever Ray, c’est mon album de chevet, je l’écoute très souvent pour m’endormir. Ou encore The Fragile de Nine Inch Nails qui prend le temps de se faire écouter.  Je suis incapable d’en choisir un, je suis un boulimique de musique et c’est pas forcement facile à vivre tous les jours (rires).

 

 

Et on finit comme d'hab avec les deux dernières tartes musicales que tu as découvertes, sur album et en live ?

Sur album ma dernière grosse claque est le second album de Daughter. C’est beau, planant, puissant et avec de vraies belles chansons. Clairement ma grosse claque de ce début d’année. En live je me suis de belles claques avec Bison Bisou et The Psychotic Monks au Supersonic fin mars. Sinon mon dernier coup de foudre c’était pour Cigarettes After Sex à l’Espace B.

 

 

 

LA SUITE CHEZ EUX :  SUPERSONIC -  9 rue Biscornet - 75012 Paris

 

OU SUR SUR LEUR Facebook 



* champ requis


Comment relancer sa créativité musicale Comment réussir la création d’un label musical >

Partager
Sur le blog Confliktarts.com : Interview Aurélien Jobard > Programmation Concerts Supersonic
Bonjour, J'ai trouvé cet article sur le site de Conflikt arts et je pense qu'il peut t'intéresser : http://www.confliktarts.com/fr/blog/619/interview-aurelien-jobard-programmation-concerts-supersonic A bientot
Votre demande de partage sur Conflikt Arts
Bonjour,<br /><br />Votre demande de partage a bien été prise en compte.<br />L'article : http://www.confliktarts.com/fr/blog/619/interview-aurelien-jobard-programmation-concerts-supersonic a été envoyé.
Votre demande de partage a bien été prise en compte.

Dans la même catégorie :

Nos conseils

5 manières de trouver un nom de groupe qui a la classe

Vous êtes au collège et montez votre premier groupe, vous lancez enfin votre projet perso après 5 ans de travail acharné, ...

199426 vues
Nos conseils

10 phrases à ne plus dire sur scène

Comme tous les spectacles, les concerts comportent leur lot de rituels ridicules ou non inhérents à chaque groupe. Mais s'il y a ...

87257 vues
Nos conseils

10 manières de virer son batteur en lui faisant croire que c'est lui qui part.

Le batteur est un animal étrange bien souvent considéré comme un mal nécessaire à la composition d'un groupe. ...

66710 vues
Nos conseils

10 manières de virer son bassiste en lui faisant croire que c'est lui qui part.

Le bassiste. Nul ne sait à quoi il sert, et pourtant, il est là, traînant ses guêtres autour de vous, errant comme un fantôme ...

53663 vues
Nos conseils

10 manières de virer son guitariste en lui faisant croire que c'est lui qui part.

Il est là, saturant l'espace de tout son ego sur-dimensionné, vandalisant chacun de vos morceaux de ses solos intempestifs. Vous ...

46647 vues

PUBLICITE

Suivez l'actualité du blog !

* champ requis

Saisissez le code figurant sur la carte de téléchargement que vous avez reçue pour obtenir vos fichiers gratuits. Bonne réception !


Catégories



Archives




Besoin d'aide pour configurer votre produit?
Contactez nous :

Par téléphone au : 02 99 92 89 05
Du Lundi au Vendredi de 9h à 18h.

Par email : Cliquez ici
Sur le site : Aide et FAQ

Les News du moment !

Imprime ton t-shirt à l'unité! Accéder au produit
7'', 10'' ou 12''... retrouvez toutes les possibiltités ICI! Accéder au produit
7'', 10'' ou 12''... retrouvez toutes les possibiltités ICI!

Vinyle 33/45t (7"/10"/12"), pochette simple, Gatefold ou même combo CD+Vinyle...

Lire la suite...
Badge rond, magnet ou miroir... des goodies à petit prix! Accéder au produit
Badge rond, magnet ou miroir... des goodies à petit prix!

25 mm, 32 mm, 45 mm... toutes les possibilités à partir de 50 exemplaires!

Lire la suite...

Partager cet article

X
Interview Aurélien Jobard > Programmation Concerts Supersonic
"Tous les matins c’est noël quand j’ouvre mes mails et et que je découvre une tonne de nouveaux projets à écouter"