webleads-tracker

Newsletter

* champ requis

Interviews

Interview > Mathieu Rousselot - Tunecore France


"Aujourd’hui, tous les artistes, quelle que soit leur audience, disposent des mêmes outils, du même réseau de distribution qu’un artiste signé sur une major"

 

Pour ceux qui auraient décidé de faire de la musique dans une grotte reculée depuis dix ans, sachez que la distribution digitale est devenue un enjeu majeur, quel que soit votre statut d'artiste et votre degré de développement. Comme vous êtes sûrement sorti de la grotte si vous lisez ces lignes, vous aurez peut-être entendu parler de l'américain Tunecore, qui débarque tout juste en France. A moins que ce ne soit le français Believe qui ne soit allé le chercher aux US pour le ramener chez nous. La preuve, c'est Mathieu, un français qui représente ce service incontournable. Il vous explique simplement ce qui pourrait paraître compliqué.

 

 

 

 

Salut Mathieu, peux-tu nous dire qui tu es s'il te plaît ?

Hello à vous. Je suis Mathieu Rousselot, je gère TuneCore sur la France et sur les pays francophones. Je travaille depuis 10 ans dans la musique, côté indé. Avant d’arriver chez TuneCore, je suis d’abord passé chez Wagram en tant que Chef de projet Marketing, puis j’ai travaillé chez IDOL où m’occupais du Trade Marketing et d’une partie des labels (Kitsuné, Infiné, Ubisoft…) avant d’intégrer Deezer où je gérais les relations contractuelles avec tous les distributeurs indés.

 

Tu débarques tout juste chez Tunecore, tout en ayant baigné dans le digital musical depuis une dizaine d'années, quel regard portes-tu sur l'évolution du support, et de son avenir par rapport au physique qui persiste tout de même avec CD et vinyle ? 

J’ai toujours essayé d’anticiper l’évolution de l’industrie musicale dans ma propre carrière. On a vu un énorme changement sur ce marché, dû à l’évolution de la technologie qui a entrainé une crise sans précédent, des nouveaux modèles de consommation, de production, des nouveaux formats, etc… Pour la première fois depuis plus de 15 ans, la croissance de cette industrie redevient positive. Je pense (et ça n’engage que moi) que nous avons trouvé et adopté un modèle stable de consommation de la musique (le streaming) qui va devenir de plus en plus mainstream. Le téléchargement devrait continuer à diminuer sans disparaitre complétement. Je ne pense pas que le format physique soit amené à disparaitre à moyen terme, même si le volume devrait continuer à baisser. Il représentera toujours un lien fort entre un artiste et son public. Ce lien sera renforcé et modifié dans une industrie dans laquelle la consommation mainstream est devenue digitale. Sur le marché digital lui-même, je pense que nous allons assister à une concentration des acteurs principaux dans les prochaines années, parmi les plateformes et parmi les distributeurs.

 

De quoi seront donc faites tes journées chez Tunecore ? 

TuneCore est une compagnie basée à Brooklyn, donc je passe une partie de mon temps avec les équipes US sur Skype. Je rencontre beaucoup d’acteurs français de l’industrie musicale afin de créer un écosystème le plus favorable possible pour les artistes indés français. Je travaille sur le site web français, sur des partenariats, le marketing, des points juridiques, etc. Surtout, je passe beaucoup de temps avec les artistes, pour leur expliquer TuneCore, écouter leurs besoins, etc. Pour être honnête, je ne vois pas le temps passer. Ça va à 200km/h, mais c’est ce qui me plait !

 

 

 

Pour ceux qui n'ont pas suivi la bataille mondiale qui se joue entre les différents acteurs de la musique numérique, peux-tu nous résumer les épisodes précédents, qui ont notamment vu le français Believe racheter l'américain Tunecore ? 

Je pense que nous allons assister à une forte concentration parmi les acteurs de l’industrie musicale, des deux côtés : plateformes et distributeurs. Aujourd’hui il existe plus de 150 plateformes de streaming et des centaines de distributeurs. Et dans un marché qui se stabilise, qui a trouvé un modèle stable, qui est en croissance -et la croissance devrait s’accélérer-, il n’y aucune raison qui justifie un nombre si important d’acteurs présentant exactement les mêmes services, aux mêmes conditions. Ainsi, le mouvement de concentration a été amorcé, et Believe en est un des principaux acteurs dans le monde avec les rachats de TuneCore, Musicast, et récemment de Naïve qui lui permettent de devenir le plus gros acteur indé, capable de rivaliser avec les majors. Harmonia Mundi a été racheté par Pias. The Orchard appartient désormais à Sony. Côté majors, EMI a également été racheté par Universal. Côté plateformes, après le rachat de Beats par Apple, Rdio par Pandora, nous devrions assister à la même dynamique, et des acteurs qui ne peuvent pas rivaliser avec des mastodontes comme Spotify, Apple ou Google risquent de connaitre le même sort.

 

Comment expliques-tu l'avance qu'a pris Believe Digital sur la musique numérique par rapport à nombre de concurrents en quelques années ? 

Believe Digital a su réagir avant les autres et s’est spécialisé dans tous les secteurs clés de la distribution digitale, en intégrant les nouveaux modèles de distribution, de promotion, sur une échelle internationale. Sa stratégie pyramidale avec, à la base, un vivier de jeunes talents distribués en direct par Zimbalam et TuneCore, à qui on offre des passerelles pour une distribution digitale chez un label distribué par Believe, et dans certains cas, sur le label Believe Rec. A ceci s’ajoute une expertise de pointe sur la partie vidéo, et plus récemment, la distribution physique avec l’acquisition de Musicast, un des acteurs français les plus importants. Aujourd’hui, Believe Digital est sûrement l’acteur qui présente le plus large éventail de services pour les artistes, quelle que soit sa taille. Et son rayon d’action est international avec des bureaux dans le monde entier. Believe Digital, c’est surtout la réunion de talents dotés d’une forte expertise dans des domaines très spécialisés, réunis autour de la passion de la musique.

 

Tunecore est un concurrent direct de Zimbalam, qui fait donc désormais partie de la même maison, est-ce que la concurrence va jouer à plein sur ces deux services ou vont-ils être fusionnés ? 

TuneCore et Zimbalam vont se rapprocher dans le cadre d’un partenariat statégique. TuneCore, qui fête ses 10 ans cette année, propose aux artistes une large palette de services, allant de la distribution digitale, le publishing, la monétisation YouTube, et un accès à de nombreux services partenaires mastering, merch, financement collaboratif, etc. Surtout, le modèle TuneCore est plus intéressant pour les artistes qui veulent maintenir le contrôle de leur travail et de recevoir tous les revenus qui leur sont dûs (TuneCore reverse 100% des redevances aux artistes, contre 90% pour les artistes Zimbalam). Zimbalam restera actif, mais nous allons consacrer notre énergie au développement de TuneCore. Nous allons proposer aux artistes Zimbalam de rejoindre la communauté TuneCore, en les aidant sur les aspects techniques et financiers. Ils seront parfaitement libres de ne pas accepter s’ils ne le souhaitent pas.

 

 

Qu'est-ce que Tunecore propose que les autres n'ont pas ? 

TuneCore s’est développé grâce aux artistes et a fait évoluer son offre pour les artistes. Même si un certain nombre d’acteurs s’inspirent de ce modèle, TuneCore est le seul acteur aujourd’hui à offrir une offre un éventail de services sur mesure à tous les artistes sans distinction, de la simple distribution digitale sur toutes les plateformes à la synchronisation de titres au cinéma ou dans des jeux vidéo. Par sa taille, TuneCore a constitué un réseau de distribution unique dans le monde. Aujourd’hui, tous les artistes, quelle que soit leur audience, disposent des mêmes outils, du même réseau de distribution qu’un artiste signé sur une major. Ceci, pour un prix modique, en toute liberté, en gardant 100% des droits et 100% des royalties sur la distribution.

 

On parle de 100 000 groupes environ qui ont décidé de distribuer leur musique via Zimbalam, que va-t-il donc leur arriver concrètement ? 

Nous allons proposer à tous artistes Zimbalam qui le désirent de transférer leur catalogue sur TuneCore, avec un accompagnement technique et financier. Ils seront donc libres d’adhérer ou non aux services TuneCore, sans coût additionnel.

 

En passant de Zimbalam à Tunecore, que se passera-t-il sur les plateformes de distribution (et notamment en ce qui concerne les classements dans les playlists, les notes laissées sur les albums, les commentaires, le nombre de lectures, etc.) ?

Aujourd’hui, la majorité des plateformes ont la capacité technique de préserver toutes les données associées à un projet. C’est notamment le cas pour Deezer et Spotify où les streams faits sur playlist sont majoritaires.Comme vu plus haut, il y a de nombreux rachats de catalogue dans l’industrie musicale, et les migrations se font sans conséquence notable côté abonnés.

 

Prenons un cas concret, je suis un groupe indé, j'ai choisi de distribuer mes trois albums sortis ces dernières via Zimbalam, j'ai donc payé 3 x 34,99 = 104,97 euros une bonne fois pour toute et Zimbalam me retient 10% de commission sur chaque vente, que se passera-t-il désormais financièrement pour ces trois albums ?  

Si vous acceptez de rejoindre TuneCore France, ces albums seront migrés gratuitement sur TuneCore (vous ne paierez pas à nouveau les frais de mise en ligne la première année). Vous bénéficierez des services TuneCore et de la rémunération TuneCore (100% des royalties au lieu de 90%). Si vous êtes satisfait, vous resterez sur TuneCore, avec un accès normal aux outils TuneCore et aux conditions habituelles TuneCore, et si vous n’êtes pas satisfaits, vous serez libre de vous désabonner à n’importe quel moment. 

 

J'ai un groupe et souhaite lancer la distribution de mon premier album en digital grâce à Tunecore, quels conseils me donnerais-tu pour gérer cette étape efficacement ? 

Nous avons des centaines de milliers d’artistes qui distribuent leur musique via TuneCore. C’est tellement simple que j’ai peu de conseils à donner. L’upload d’un album se fait en moins d’un quart d’heure. L’inscription est gratuite, le mieux est d’essayer !

 

Si tu pouvais voir distribuer via Tunecore le premier album de n'importe quel groupe vivant ou disparu, lequel ce serait ?

Je ne dirais pas Drake, puisque c’est ce qui s’est passé! Dur à dire… Mais à choisir, disons Ali Farka Touré & Toumani Diabaté ‘Ali & Toumani’.

 

Qu'en serait-il si tu devais t'exiler sur une planète qui ne connaît pas la musique avec un seul album?         

Sur cette triste planète, s’ils ne connaissent pas John, Billie, Django, ou Jimi, il faudrait peut-être commencer gentiment avec Kind of Blue.  

 

Enfin, quels sont tes deux derniers coups de cœur, sur album et en live ?

En ce moment, j’écoute beaucoup Omar Bashir pour me reposer, ou quand je travaille, je viens de découvrir un DJ sud-africain, Culoe de Song que j’aime particulièrement. Et en live, le set de Four Tet + Floating Points que j’ai vu la semaine dernière à Amsterdam, assez mémorable !

 

 

LA SUITE SUR LEUR : SiteFacebook - Twitter - Wikipedia - Blog



* champ requis


Insomnie, angoisses et ruptures : les côtés sombres de la tournée Interview > Samuel Degasne - Longueur d'Ondes, Gonzaï, Vieilles Charrues, etc. >

Partager
Sur le blog Confliktarts.com : Interview > Mathieu Rousselot - Tunecore France
Bonjour, J'ai trouvé cet article sur le site de Conflikt arts et je pense qu'il peut t'intéresser : http://www.confliktarts.com/fr/blog/647/interview-mathieu-rousselot-tunecore-france A bientot
Votre demande de partage sur Conflikt Arts
Bonjour,<br /><br />Votre demande de partage a bien été prise en compte.<br />L'article : http://www.confliktarts.com/fr/blog/647/interview-mathieu-rousselot-tunecore-france a été envoyé.
Votre demande de partage a bien été prise en compte.

Dans la même catégorie :

Nos conseils

5 manières de trouver un nom de groupe qui a la classe

Vous êtes au collège et montez votre premier groupe, vous lancez enfin votre projet perso après 5 ans de travail acharné, ...

185189 vues
Nos conseils

10 phrases à ne plus dire sur scène

Comme tous les spectacles, les concerts comportent leur lot de rituels ridicules ou non inhérents à chaque groupe. Mais s'il y a ...

86792 vues
Nos conseils

10 manières de virer son batteur en lui faisant croire que c'est lui qui part.

Le batteur est un animal étrange bien souvent considéré comme un mal nécessaire à la composition d'un groupe. ...

66419 vues
Nos conseils

10 manières de virer son bassiste en lui faisant croire que c'est lui qui part.

Le bassiste. Nul ne sait à quoi il sert, et pourtant, il est là, traînant ses guêtres autour de vous, errant comme un fantôme ...

53345 vues
Nos conseils

10 manières de virer son guitariste en lui faisant croire que c'est lui qui part.

Il est là, saturant l'espace de tout son ego sur-dimensionné, vandalisant chacun de vos morceaux de ses solos intempestifs. Vous ...

46433 vues

PUBLICITE

Suivez l'actualité du blog !

* champ requis

Saisissez le code figurant sur la carte de téléchargement que vous avez reçue pour obtenir vos fichiers gratuits. Bonne réception !


Catégories



Archives




Besoin d'aide pour configurer votre produit?
Contactez nous :

Par téléphone au : 02 99 92 89 05
Du Lundi au Vendredi de 9h à 18h.

Par email : Cliquez ici
Sur le site : Aide et FAQ

Les News du moment !

Combo CD+vinyle, retrouvez les 2 supports dans un seul boîtier! Accéder au produit
Combo CD+vinyle, retrouvez les 2 supports dans un seul boîtier!

Un CD + un vinyle, vous en rêviez! Nous vous le proposons à partir de 250 exemplaires.

Lire la suite...
Badge rond, magnet ou miroir... des goodies à petit prix! Accéder au produit
Badge rond, magnet ou miroir... des goodies à petit prix!

25 mm, 32 mm, 45 mm... toutes les possibilités à partir de 50 exemplaires!

Lire la suite...

Partager cet article

X
Interview > Mathieu Rousselot - Tunecore France
"Aujourd’hui, tous les artistes, quelle que soit leur audience, disposent des mêmes outils, du même réseau de distribution qu’un artiste signé sur une major"